Pétrole à Anticosti: une coalition veut un débat public avant tout

La coalition fait valoir que les impacts potentiels... (Photo AFP)

Agrandir

La coalition fait valoir que les impacts potentiels sur les milieux naturels et au niveau global d'une exploitation pétrolière seraient majeurs et justifient amplement une évaluation et un examen en profondeur.

Photo AFP

Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne

Une importante coalition de centrales syndicales et de groupes environnementaux demande au premier ministre Philippe Couillard de respecter son engagement de tenir une évaluation environnementale stratégique avant d'amorcer des forages gaziers et pétroliers, notamment sur l'île d'Anticosti.

Selon les organisations, une telle évaluation devrait être suivie d'un large débat public et accompagnée d'un plan pour réduire la dépendance du Québec au pétrole.

Dans une sortie commune, lundi, les organismes environnementaux et les centrales rappellent que le Parti libéral avait dénoncé la décision du gouvernement Marois d'investir 115 millions $ pour le rachat partiel des permis d'exploration des compagnies Pétrolia, Corridor Ressources et Junex sur l'île d'Anticosti.

Selon eux, le gouvernement Couillard doit suspendre immédiatement les activités de forage prévues sur Anticosti et en Gaspésie, afin de permettre la tenue d'un tel examen public.

Ils font valoir que le moment est propice puisque les libéraux ont fait part de leur intention de réduire les dépenses et de réviser l'ensemble des programmes de subventions aux entreprises. L'occasion est donc belle de revoir l'investissement de 115 millions $ de fonds publics sur Anticosti et, tant qu'à faire, l'ensemble des subventions à l'exploration dont bénéficieraient ces entreprises.

La coalition fait valoir que les impacts potentiels sur les milieux naturels et au niveau global d'une exploitation pétrolière seraient majeurs et justifient amplement une évaluation et un examen en profondeur.

Elle rappelle que même si le Québec a atteint ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre (GES) de 6% sous les niveaux de 1990. En 2012, de nombreuses études avertissent que l'humanité dans son ensemble doit en faire davantage en matière de lutte aux changements climatiques.

La Coalition regroupe les centrales syndicales FTQ, CSN, CSQ et CSD et, du côté des environnementalistes, Équiterre, Greenpeace, l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, la Fondation David Suzuki et Nature Québec.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer