Déversement toxique en Virginie-Occidentale

Le déversement s'est produit jeudi à l'usine de... (Photo Tyler Evert, AP)

Agrandir

Le déversement s'est produit jeudi à l'usine de produits chimiques Freedom Industries située sur les berges de la rivière Elk, à Charleston, la capitale de l'État. Le produit toxique qui s'est répandu dans la rivière est utilisé par l'industrie de la transformation du charbon.

Photo Tyler Evert, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
John Raby
Associated Press
CHARLESTON

Près de 300 000 habitants de la Virginie-Occidentale se retrouvaient vendredi sans accès à l'eau potable, après un déversement de produit chimique dans la rivière Elk, à Charleston.

Des écoles et des restaurants ont dû fermer leurs portes, les épiceries ont été dévalisées de leurs réserves d'eau embouteillée et la Garde nationale de l'État a entrepris de distribuer de l'eau aux agences d'aide des neuf comtés touchés.

En après-midi, l'agence fédérale responsable des situations d'urgence, FEMA, a annoncé qu'elle envoyait 75 camions chargés d'eau embouteillée vers la région touchée.

Le déversement s'est produit jeudi à l'usine de produits chimiques Freedom Industries située sur les berges de la rivière Elk, à Charleston, la capitale de l'État. Le produit toxique qui s'est répandu dans la rivière est utilisé par l'industrie de la transformation du charbon.

Les résidants concernés ont reçu l'avis de ne pas boire l'eau, de ne pas se brosser leurs dents ni de prendre un bain, et de ne pas faire leur lessive, jusqu'à nouvel ordre.

La Maison-Blanche est intervenue dans le dossier en déclarant un état d'urgence, imitant la mesure prise précédemment par le gouverneur Earl Ray Tomblin. Cette décision de la Maison-Blanche permettra au gouvernement fédéral américain de fournir de l'aide directe.

Les autorités fédérales américaines ont aussi annoncé l'ouverture d'une enquête dans cette affaire, selon ce qu'a indiqué par voie de communiqué le procureur fédéral Booth Goodwin.

Le président de Freedom Industries a quant à lui reconnu ne pas savoir quelle quantité du produit s'est retrouvée dans la rivière. Le produit chimique se trouvait dans un réservoir d'une capacité d'au moins 150 000 litres qui a débordé. Un responsable environnemental s'est dit confiant que moins de 20 000 litres se sont écoulés, dont une partie qui a abouti dans la rivière.

Des responsables ont expliqué que l'ordre de ne pas utiliser l'eau a été publié à titre préventif, puisqu'on ne sait pas avec certitude quels dangers le déversement pose à la population. Le produit pourrait toutefois provoquer des nausées, des vomissements, des étourdissements, des maux de tête, des diarrhées et une irritation de la peau, selon l'Association américaine des centres antipoison.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer