Un climat toxique sous Emmanuelle Latraverse à Ottawa

Emmanuelle Latraverse a occupé le poste de chef... (Photo Denis Beaumont, archives La Presse canadienne)

Agrandir

Emmanuelle Latraverse a occupé le poste de chef de bureau de Radio-Canada à Ottawa et a aussi été animatrice de l'émission Les coulisses du pouvoir avant de devenir analyste politique à TVA, en août.

Photo Denis Beaumont, archives La Presse canadienne

Harcèlement psychologique, agression verbale, intimidation, sur plusieurs années. Telles sont les conclusions d'une enquête externe commandée par Radio-Canada il y a près d'un an au sujet de son ex-chef de bureau à Ottawa, Emmanuelle Latraverse, récemment embauchée à TVA.

La Presse a également appris que la commissaire aux valeurs et à l'éthique de Radio-Canada a commandé une enquête indépendante sur la manière dont la direction a géré ce dossier. Une démarche entreprise après qu'une plainte eut été déposée par un groupe d'employés qui estiment que leurs patrons ont tout fait pour étouffer l'affaire.

« Emmanuelle Latraverse se concentre sur une personne, mais tout le monde y passe au bureau : ses colères, ses humiliations devant tout le monde, personne n'est épargné. Elle peut dénigrer tes textes en hurlant sur toi devant tout le monde, même des journalistes d'expérience », rapporte un employé du bureau d'Ottawa témoin des agissements de Mme Latraverse, qui a aussi été animatrice de l'émission Les coulisses du pouvoir avant de devenir analyste politique à TVA, en août.

« Toxique. C'est le climat qui a régné pendant de nombreuses années au bureau politique d'Ottawa. On avait peur de dénoncer, car elle pouvait raconter n'importe quoi aux patrons », résume un de ses collègues. « Elle fonctionnait à la menace et à la peur. Elle entretenait un climat de terreur à Ottawa avec ses menaces de représailles et son harcèlement », précise quant à lui un autre employé de Radio-Canada au parlement.

Les neuf employés ou ex-employés de Radio-Canada à Ottawa interrogés dans le cadre de cette enquête ont demandé à garder l'anonymat par peur de perdre leur emploi ou d'être poursuivis. Radio-Canada a d'ailleurs demandé à la vingtaine de personnes ayant participé à une enquête sur Emmanuelle Latraverse de signer une entente de confidentialité.

Interrogée par La Presse quant au climat de travail au bureau de Radio-Canada à Ottawa et au comportement qui lui est reproché à travers les témoignages recueillis, Emmanuelle Latraverse a fait parvenir à La Presse la déclaration suivante par courriel : 

« À titre de chef de bureau à Radio-Canada, je me suis donnée entièrement à mon métier, me suis imposé des standards de performance très élevés et me suis mis ainsi beaucoup de pression. »

« J'ai par moment cédé sous cette pression, et j'ai trop longtemps ignoré les symptômes de la dépression et du burn-out qui m'ont gagnée au fil des ans. » - Emmanuelle Latraverse

« Je regrette profondément de n'avoir su déceler à temps les impacts que cette situation a eus sur ma vie professionnelle, personnelle et sur ma santé. Au cours de la dernière année, j'ai pris les moyens avec des spécialistes pour me soigner et en tirer des leçons.

« À ceux que j'ai pu blesser, je tiens à leur offrir mes excuses les plus sincères. J'aurais voulu pouvoir le faire lorsque j'étais encore [chez] Radio-Canada. »

La Presse a contacté le directeur des communications de Radio-Canada Marc Pichette afin de connaître la version des faits du diffuseur public. « Tous dossiers relevant des Ressources humaines de Radio-Canada sont de nature confidentielle et dans le respect de tous[tes], nous ne les commentons pas publiquement », a-t-il précisé par courriel.

« C'ÉTAIT LA LOI DU SILENCE »

L'alarme est pour la première fois sonnée en 2015 alors qu'un groupe d'employés du bureau d'Ottawa décident de parler du comportement de leur patronne, Emmanuelle Latraverse, à son supérieur hiérarchique, Marcel Courchesne. Ce dernier confronte immédiatement la chef de bureau tout en identifiant les plaignants. « Marcel Courchesne nous a livrés en pâture et a brisé notre confiance », estime un employé de Radio-Canada.

« Au bureau, c'était la loi du silence. Les gens avaient peur, alors personne ne disait rien quand elle criait après quelqu'un devant tout le monde », précise une des employées d'Ottawa interrogée par La Presse.

En 2016, Marcel Courchesne est une seconde fois confronté aux agissements de Mme Latraverse après une altercation entre celle-ci et une employée. Contacté par téléphone, M. Courchesne a décliné notre demande d'entrevue.

Au printemps 2017, la direction annonce aux employés qu'Emmanuelle Latraverse est partie en congé de maladie. « Les derniers mois avaient été épouvantables. Elle faisait du harcèlement psychologique et des crises à n'en plus finir », dit un employé du bureau d'Ottawa en entrevue avec La Presse.

« Elle était dans son royaume, contrôlait tout. Combien de carrières ont été interrompues, endommagées et la confiance de combien de journalistes ébranlés ? » - Un employé du bureau d'Ottawa

Au début de 2017, Ginette Viens succède à Marcel Courchesne en devenant première directrice, déploiement journalistique. De passage au bureau d'Ottawa début avril 2017, quelques jours après le départ d'Emmanuelle Latraverse, elle rencontre individuellement les employés du bureau parlementaire. « Les gens se sont ouverts au sujet d'Emmanuelle et elle [Mme Viens] est repartie le soir même ébranlée », se souvient un employé du bureau d'Ottawa. Mme Viens a précisé à La Presse ne pas être en mesure de commenter le dossier.

Le 22 avril 2017, le magazine à potins Frank avance que la chef de bureau, absente de l'animation des Coulisses du pouvoir depuis un mois, aurait été suspendue en raison de son « comportement erratique ». Une information que dément formellement Radio-Canada. Marc Pichette, directeur des communications qualifie alors par voie de communiqué les allégations du magazine de « vulgaires ragots », précisant que l'absence de la chef de bureau était due à « des raisons personnelles ».

Début mai, le chroniqueur du Soleil Richard Therrien évoque une note de service interne aux employés : « Elle [EL] a récemment fait l'objet d'un texte dans lequel on rapporte qu'elle était suspendue pour avoir eu un comportement répréhensible. Emmanuelle n'a jamais été suspendue. [...] Il est dommage que ces rumeurs circulent depuis un bon moment », écrit Ginette Viens.

DÉPÔT D'UNE PLAINTE FORMELLE

Toutefois, au même moment, un processus informel est lancé par le département des ressources humaines de Radio-Canada à Montréal, qui demande à rencontrer individuellement les employés d'Ottawa pour qu'ils répondent à un questionnaire sur le climat de travail à leur bureau. Ils doivent notamment évaluer sur une échelle de 0 à 10 le climat en présence puis en l'absence d'Emmanuelle Latraverse et signer une entente de confidentialité.

Au terme de ce processus, une plainte formelle a été déposée le 11 mai auprès des ressources humaines en vertu de la politique concernant la non-discrimination et le harcèlement à Radio-Canada.

Radio-Canada publie le 16 août 2017 un communiqué annonçant la réaffectation d'Emmanuelle Latraverse au poste de premier reporter du Téléjournal 22 h, précisant qu'elle « souhaitait se voir confier de nouvelles responsabilités lui permettant de retourner sur le terrain ». Devant la grogne des employés du bureau d'Ottawa provoquée par cette annonce, le directeur de l'information de Radio-Canada, Michel Cormier, organise une conférence téléphonique pour calmer la situation.

« Il y a eu une profonde déception quand on nous a dit qu'elle était réaffectée à Montréal et qu'elle aurait encore un bureau à Ottawa. On s'est dit que la direction balayait cette histoire sous le tapis ! »

- Un des employés concernés

Joint par téléphone, Michel Cormier, parti à la retraite en juillet dernier, a décliné notre demande d'entrevue.

DES ALLÉGATIONS JUGÉES FONDÉES

Une enquête externe est annoncée quelques jours plus tard aux employés impliqués. Radio-Canada mandate début septembre le cabinet de conseil en ressources humaines d'Hélène Gaudet-Chandler comme enquêteur externe afin de donner une opinion impartiale et objective quant au bien-fondé des allégations avancées par les employés interrogés. Les conclusions de l'enquête devaient être remises à la vice-présidente Monique Marcotte début décembre. Ce n'est que le 1er juin 2018 que les employés ayant participé en apprendront les résultats.

« On nous a dit que les allégations étaient fondées, que les faits présentés lors des témoignages représentaient une forme importante d'intimidation, de harcèlement et de violence psychologiques. Pourtant, Emmanuelle Latraverse allait rester en poste », rapporte un employé, tout comme quatre autres de ses collègues interrogés par La Presse présents à cette réunion.

« Mme Latraverse n'entend pas débattre sur la place publique du climat de travail au bureau d'Ottawa de Radio-Canada ni partager toutes doléances qu'elle pourrait elle-même avoir quant à celui-ci », a pour sa part déclarée à La Presse Me Julie Carlesso, l'avocate d'Emmanuelle Latraverse.

ENQUÊTE SUR LA DIRECTION DE RADIO-CANADA

Entre-temps, le 17 mai 2018, une plainte dénonçant la mauvaise gestion de la direction dans le dossier d'Emmanuelle Latraverse est déposée par un groupe d'employés auprès de Diane Girard, commissaire aux valeurs et à l'éthique de Radio-Canada. Ce poste a été créé en 2016 à la suite des recommandations du rapport Rubin, qui estimait que la CBC aurait dû être au courant des agissements de son animateur vedette Jian Ghomeshi, accusé de se comporter de façon intimidante et inappropriée au travail.

Au vu des témoignages et des documents fournis par les employés au sujet de la gestion du cas d'Emmanuelle Latraverse par la direction de Radio-Canada, Diane Girard estime qu'il y a matière à enquêter. Elle confie le mandat à une firme indépendante le 18 juin. Radio-Canada n'a souhaité faire aucun commentaire au sujet de l'enquête de la commissaire aux valeurs et à l'éthique actuellement en cours.

Le 21 juin dernier, Emmanuelle Latraverse annonce sa démission sur Twitter, précisant qu'elle quittait Radio-Canada après 13 ans de service « pour découvrir de nouveaux horizons. Comprendre, analyser, influencer notre société, mais sous de nouveaux cieux. Le journalisme est un des plus beaux métiers du monde, mais il ne doit pas devenir une cage dorée, ce serait trahir l'idéal qui l'anime ». Deux mois plus tard, elle rejoignait les rangs de TVA en tant qu'analyste politique, installée à Ottawa.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer