«Vous faites référence à des événements isolés»

L'édifice où est situé le siège social de... (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

Agrandir

L'édifice où est situé le siège social de Tohu-Bohu, rue Moreau, à Montréal.

PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Nous n'avons jamais eu de commentaires des acteurs à l'effet que [nos horaires de tournée] étaient insoutenables», affirme le président de Tohu-Bohu, Yoann Desrosiers, en entrevue avec La Presse.

Pendant près d'une heure, nous avons posé des questions sur l'horaire de tournée, les conditions de travail et la relation que Tohu-Bohu entretient avec ses employés. L'entreprise nous a aussi communiqué certaines déclarations par courriel.

«La compagnie respecte la loi et prône un climat de travail sécuritaire pour tous ses artistes, techniciens et collaborateurs. La compagnie embauche plus de 200 artistes et techniciens pigistes à chaque année, lesquels travaillent sur des tournées au Canada et aux États-Unis. [...] Vous faites référence à des événements isolés qui représentent une infime minorité des collaborateurs avec qui nous travaillons sur une base régulière», soutient Maryse Fortin Dupuis, productrice exécutive de Tohu-Bohu.

«Nous sommes tout à fait conscients que certaines journées sont plus intenses que d'autres [...], mais je pense que c'est la réalité des groupes d'artistes qui font des tournées. [...] Ça dépend aussi des conditions météo: c'est beaucoup plus agréable de faire de la tournée au Québec en été plutôt qu'en hiver», continue le président de l'entreprise.

Yoann Desrosiers et Maryse Fortin Dupuis assurent que leur entreprise est « sérieuse et très bien structurée », qu'elle « travaille dans le respect de ses ententes contractuelles et de ses collaborateurs » et qu'ils ont de bonnes relations avec les acteurs, nombreux, disent-ils, à faire plusieurs tournées avec eux.

«Ça fait des années qu'on fait de la tournée. Maryse et moi en avons fait nous-mêmes beaucoup. On connaît très bien la réalité de ce que c'est», affirme Desrosiers.

«On n'est pas dans notre tour de bureaux en s'imaginant comment ça se passe sur le terrain. Il faut garder en tête qu'il y a un grand pourcentage de gens et d'artistes avec qui on retravaille», conclut Maryse Fortin Dupuis.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • La dernière tournée

    Enquêtes

    La dernière tournée

    Le 16 avril dernier, au centre de l'Alberta, un accident implique un camion de tournée de la compagnie de théâtre jeunesse Tohu-Bohu et une... »

  • Une mort évitable?

    Enquêtes

    Une mort évitable?

    Depuis la mort d'Alexandre Thériault, La Presse a parlé avec une dizaine d'acteurs et d'employés qui ont fait des tournées pour des... »

  • 18 jours, 4515 kilomètres

    Enquêtes

    18 jours, 4515 kilomètres

    La Presse retrace le déroulement de la tournée du spectacle A Forever Frozen Story jusqu'à l'accident fatal du 16 avril. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer