Gangs de rue: des parents confrontés à la vie cachée de leurs enfants

La police de Longueuil a développé une nouvelle... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

La police de Longueuil a développé une nouvelle approche préventive pour tenter de tuer dans l'oeuf l'émergence de gangs de rue : convoquer les parents de délinquants pour leur ouvrir les yeux sur les activités illicites de leur ado.

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dès leur entrée dans la salle du quartier général du Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL), les parents sont ébranlés. Une dizaine de couteaux, de clés à molette, de pipes artisanales et de balances pour peser la drogue sont déposés sur la table.

La police de Longueuil souligne l'importance de changer... (Photo André Pichette, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

La police de Longueuil souligne l'importance de changer la culture d'intervention auprès des gangs de rue. « C'est sûr que l'approche par résolution de problèmes où l'on vise la prévention de la récidive, c'est moins glamour que des images de caïds menottés, déclare l'inspecteur-chef Alain Brodeur. Mais si ça se traduit par une baisse de la criminalité sur notre territoire, l'objectif est atteint même si ça ne fait pas les manchettes. »

Photo André Pichette, Archives La Presse

Ces objets ont tous été saisis à l'école, auprès de leurs enfants de 15 à 17 ans, membres d'un gang de rue émergent.

Le ton de la soirée est donné.

« Il y a sûrement des choses qui manquent dans votre garage ou votre cuisine », lance la directrice adjointe de la polyvalente pour détendre un peu l'atmosphère.

La lettre de convocation qui porte l'en-tête du SPAL a été livrée en personne aux parents par un policier quelques jours plus tôt.

« Suite à plusieurs incidents impliquant votre adolescent ainsi que son groupe d'amis, à l'école comme à l'extérieur, nous croyons qu'il serait important de vous rencontrer afin de discuter de la situation et ainsi éviter qu'elle ne s'envenime. »

La convocation est juste assez vague pour susciter l'intérêt des parents sans leur dévoiler le contenu précis de la rencontre. Les ados, eux, ne sont pas invités, précise la lettre. C'est intentionnel.

SECOUER LES PARENTS

Nous sommes à la mi-mai. Sur 15 familles convoquées à la rencontre, 13 se pointent. Durant les quatre heures suivantes, la police va les « shaker solide », explique le lieutenant-détective au Bureau d'analyse et de renseignements criminels du SPAL Martin Valiquette qui a décrit la soirée à La Presse.

Les 15 ados - des garçons et des filles - ont été impliqués dans 80 événements criminels ces derniers mois, dont un viol collectif (« gangbang »).

Les parents se regardent, abasourdis. Ils signent tous une lettre de consentement pour autoriser la police à divulguer des informations confidentielles sur leur enfant aux autres parents présents.

Il y a une mère qui pensait que son fils était dans un groupe de rap. La réalité est tout autre. Et elle est brutale.

À l'aide d'une présentation PowerPoint, la policière Nancy Parent du Bureau d'analyse et de renseignements criminels passe en revue les 80 crimes. Elle les détaille l'un après l'autre ; preuves à l'appui.

Des accusations ont été portées contre les jeunes dans certains dossiers, mais pas tous. Souvent, les victimes refusent de porter plainte. Ou encore tout le gang est présent lors d'un crime mais seuls quelques membres se font pincer.

Les parents visionnent une vidéo que les ados ont mise sur YouTube dans laquelle on les voit battre un autre jeune jusqu'à ce que ce dernier perde connaissance. Ils entendent l'appel 911 d'un commerçant qui vient d'être victime d'un vol à l'étalage commis par le gang.

Plusieurs parents éclatent en sanglots. Alors qu'ils sont bombardés de mauvaises nouvelles, leurs cellulaires vibrent. Leurs enfants les textent pour savoir ce que la police sait sur eux.

SOUS TENSION

Lorsque la policière Parent aborde le viol collectif, l'atmosphère est tendue. La mère de la victime - qui fréquente le gang - est présente. Tout comme les parents des sept présumés agresseurs. « On sait bien, les filles d'aujourd'hui se laissent fourrer par tout le monde », lance la mère de l'un des agresseurs.

La situation est sur le point de s'envenimer. Or, les organisateurs de la rencontre n'ont rien laissé au hasard. Deux policiers préventionnistes sont sur place pour désamorcer les crises.

« Madame, vous avez le droit à votre opinion, intervient l'un des deux policiers en se levant de sa chaise. On la respecte mais on n'est pas ici pour se juger. On est là pour s'entraider. »

« Vous êtes tous dans le même bateau », leur fait valoir la policière Parent. Elle leur demande d'échanger leurs numéros de téléphone. Comme ça, si le jeune X dit à sa mère être avec Y, les parents peuvent vérifier les dires de leur progéniture.

Une intervenante de la DPJ prend alors le relais pour leur donner « des outils ».

« Ouvrez-vous un compte Facebook pour surveiller ce que vos enfants regardent, partagent, commentent », leur ordonne Pascale Philibert, conseillère au sein de Mobilis - un projet de lutte contre l'exploitation sexuelle des jeunes filles mené par le SPAL et le CISSS de la Montérégie-Est.

« Occupez-les lors du street time (entre 15 h et 19 h) par des activités parascolaires/loisirs/sportives ou un emploi », « imposez-leur un couvre-feu », « confisquez les nouveaux vêtements et tout autre objet luxueux pour lesquels ils n'ont pas de facture », « demandez-leur le nom complet de leurs amis [s'il en connaissent seulement le surnom, inquiétez-vous] », poursuit Mme Philibert.

Puis on leur remet une liste de ressources communautaires à contacter s'ils cherchent de l'aide. Et la policière Parent leur sert un avertissement : si leur ado récidive, il sera fiché à la police comme un « sujet d'intérêt ». Bref, la police passera en mode « répression » pure et dure.

« CHANGEMENT DE CULTURE »

Un « changement de culture » s'opère dans leur lutte contre les gangs de rue, affirme l'inspecteur-chef à la surveillance du territoire du SPAL Alain Brodeur.

« C'est sûr que l'approche par résolution de problèmes où l'on vise la prévention de la récidive, c'est moins glamour que des images de caïds menottés, souligne le policier d'expérience. Mais si ça se traduit par une baisse de la criminalité sur notre territoire, l'objectif est atteint même si ça ne fait pas les manchettes. »

« Trop longtemps, la police a essayé de régler le problème seule. Mais c'est trop complexe pour y arriver seul. » - Le lieutenant-détective Martin Valiquette qui fait partie du projet Mobilis depuis sa création en 2008

Aujourd'hui, la police travaille en partenariat avec les centres jeunesse, les organismes communautaires et les écoles.

« Quand on a affaire à un gang émergent, plus on intervient vite, plus on a de l'impact, explique le lieutenant-détective Valiquette. L'idée, c'est d'intervenir en amont avant que le jeune s'enfonce dans la criminalité. »

PORTE D'ENTRÉE VERS LA PROSTITUTION

Revenons à notre gang émergent formé de 15 ados qui fréquentent la même polyvalente.

D'abord, l'école secondaire a tiré l'alarme après que des affrontements entre deux gangs ont eu lieu sur l'heure du dîner. Quelques semaines plus tard, une élève a été victime d'un viol collectif.

« Le "gangbang", c'est souvent la porte d'entrée vers la prostitution. Le proxénète va dire à la jeune fille : tu l'as fait pour mes chums, là, j'ai besoin d'argent, faudrait que tu m'aides », raconte le lieutenant-détective Valiquette.

La police a transmis les noms des jeunes à son Bureau d'analyse et de renseignements criminels qui a recoupé les informations sur eux, notamment en scrutant les réseaux sociaux. C'est là qu'ils découvrent que les 15 jeunes sont responsables à eux seuls de 80 incidents criminels.

Le dossier est devenu prioritaire. L'idée de la rencontre avec les parents - baptisée « groupe contact » par le SPAL - a été adoptée.

Il est trop tôt pour dire si cette rencontre portera ses fruits.

Toutefois, au printemps 2016, le corps policier avait organisé un premier « groupe contact » avec les parents d'un autre gang émergent dont deux membres avaient tenté de désarmer des policiers. Ils terrorisaient le personnel et les élèves de leur école secondaire.

Un an plus tard : sur une quinzaine de membres, un seul a été arrêté de nouveau par la police.

Le nouveau directeur du SPAL Fady Dagher, ancien haut gradé de la police de Montréal, a assisté au plus récent « groupe contact » pour se familiariser avec le travail de ses troupes. « Je n'ai jamais vu ça nulle part ailleurs, dit le chef de police, le ton empreint d'admiration. Cette approche pour prévenir la récidive, qui mobilise les parents, est vraiment extraordinaire. »




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer