Xavier Camus dépose une mise en demeure contre Michelle Blanc

Dans ses tweets, la candidate péquiste Michelle Blanc alléguait... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

Dans ses tweets, la candidate péquiste Michelle Blanc alléguait que le blogueur Xavier Camus pourrait être pédophile.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Le blogueur et professeur de philosophie au Collège Ahuntsic, Xavier Camus, affirme qu'il a envoyé jeudi une mise en demeure au Parti québécois et à Michelle Blanc concernant des tweets qu'elle a publiés mercredi soir où elle alléguait qu'il pourrait être pédophile.

En entrevue avec La Presse, M. Camus a expliqué que la première mise en demeure visant Mme Blanc soulignait «le caractère odieux, diffamatoire, mensonger et sans fondement» des propos qu'elle a tenus sur Twitter. Une seconde mise en demeure aurait aussi été envoyée au PQ.

Sur Twitter, mercredi, la candidate péquiste dans Mercier a écrit: «Camus est un fromage qui pue de ses amalgames douteux et de sa fixation malsaine sur moi. Et vous êtes tout aussi douteux de reprendre ces conneries. Aimez-vous vous aussi les petites filles de 15 ans? C'est le genre de conneries qu'on raconte aussi à son propos.»

Le blogueur et professeur de philosophie... (Capture d'écran tirée de Twitter) - image 2.0

Agrandir

Capture d'écran tirée de Twitter

«Ce matin, elle ne s'est pas excusée. C'était une petite contre-attaque en même temps. Quand on fait ce qu'elle a fait, ça laisse une tâche qui te suit. Je suis ébranlé, ma famille est ébranlée. Que vont penser mes collègues?», a dit M. Camus à La Presse. Ce dernier a écrit par le passé des billets sur la candidate péquiste et a notamment évoqué qu'un de ses militants était proche de groupes ultranationalistes.

Dans la mise en demeure qu'il lui a envoyée, le professeur de philosophie demanderait à Michelle Blanc de se rétracter, de s'excuser et de rectifier publiquement les faits comme faux et sans fondement dans les 24 heures. Il demande aussi au Parti québécois «d'enjoindre leur candidate de se rétracter et de s'excuser en tant que parti».

Lisée embêté par des candidats 

Il s'agit du deuxième jour consécutif où M. Lisée doit répondre à des questions concernant des écrits controversés d'un candidat. Mercredi, il a expulsé Pierre Marcotte, son candidat dans Drummond-Bois-Francs, qui a tenu des propos islamophobes. Cette fois-ci, le chef péquiste passe l'éponge concernant le tweet de Mme Blanc.

«Ce ne sont pas des propos qui doivent être tenus sur Twitter. Ces propos ont été retirés, ça a été mis en début de nuit, ça a été retiré en matinée. On a exprimé notre mauvaise humeur face à ça, elle s'est excusée», a dit Jean-François Lisée jeudi matin. 

«Michelle Blanc est la cible d'insultes incessantes sur les réseaux sociaux de façon constante. Une politicienne en début de carrière politique doit apprendre à ignorer les insultes et ne pas y répondre. Ne pas y donner d'importance», a-t-il ajouté.

En après-midi, le chef péquiste s'est montré irrité qu'on affirme qu'il avait passé l'éponge sur les tweets de sa candidate de Mercier.

«On n'a pas passé l'éponge, arrêtez de dire qu'on a passé l'éponge. (...) Vous pouvez penser que [ses excuses ne sont] pas suffisamment bien formulées, vous pouvez penser ça, c'est légitime de penser ça, mais elle a quand même écrit je regrette et [les a] retirés», a poursuivi M. Lisée.

«Est-ce qu'on peut faire mieux? Possiblement, mais on ne peut certainement pas dire que j'ai passé l'éponge», a-t-il conclu. 

Or, l'histoire ne s'arrête pas là. En début de soirée, jeudi, le réseau de télévision CTV a diffusé un tweet que Michelle Blanc a publié par le passé (et qui a depuis été supprimé) où elle écrit : «Se faire chier au téléphone par un préposé de mobilité qui insiste pour m'appeler monsieur parce que ma voix est masculine. Ma répoinse ta voix est africaine et je ne t'appelle pas mon petit nègre... = grrr ». 

M. Lisée n'a toujours pas réagi aux informations diffusées dans ce reportage.

Michelle Blanc s'excuse 

Sur Twitter, Michelle Blanc a écrit jeudi matin: «Je regrette d'avoir utilisé les mêmes tactiques au conditionnel qu'un certain Camus. Il tait tard et ce n'est pas mon habitude d'aller aussi bas que lui dans ces insinuations.»

Mme Blanc a par la suite republié le tweet d'une personne qui écrivait: «Eh Boy! Les offensés, on respire un peu? Qui n'a jamais été exaspéré au point de répondre plus durement que d'habitude? C'est ça! On l'a tous fait. Autant chez les personnalités publiques que le commun des mortels. Et qui s'excuse après? Très peu de gens. #tempetedansunverredeau» 

«Vers 22h30 hier soir, la candidate péquiste a décidé de se venger de moi de la manière la plus ignoble qui soit: elle lance des accusations mensongères et gratuites de pédophilie. Comme elle l'admet du même souffle, ce sont des «conneries». Bah oui, mais elle diffuse ces calomnies», a pour sa part écrit le blogueur Xavier Camus sur sa page Facebook.

«Évidemment, je n'ai même pas à me justifier vis-à-vis ces inventions, que ce soit mes proches ou des amis.es Facebook, tout mon entourage est sidéré par la violence de ses accusations. Cela est totalement inacceptable et est digne de poursuites judiciaires. Cela est indigne d'une politicienne qui aspire aux plus hautes fonctions», a-t-il poursuivi. 

Du calme sur Twitter 

Jean-François Lisée constate que les militants politiques peuvent afficher un certain niveau de hargne sur les réseaux sociaux. Aux péquistes, il leur envoie un appel au calme dans le cadre de la campagne électorale. 

«Je rappelle à tous les péquistes et sympathisants péquistes qui sont sur Twitter d'être de bonne humeur. On n'attire pas des votes avec du vinaigre, on les attire avec une attitude positive», a-t-il dit lors du point de presse matinal de cette huitième journée de campagne. 

«Lâchez votre ordinateur, appelez le bureau de votre candidat péquiste et allez faire du porte-à-porte», a-t-il conclu.

Legault réagit avec humour

Sur son compte Twitter, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a réagi avec humour aux commentaires controversés de Mme Blanc. «Est-ce que je peux bloquer Michelle Blanc?», a écrit le chef de la CAQ.

Rappelons que M. Legault avait été critiqué cet été parce qu'il avait «bloqué» certains journalistes actifs sur ce réseau social.

Lors d'un passage à Sainte-Anne-de-Beaupré, il s'est toutefois gardé de critiquer la candidate péquiste.

«C'est à M. Lisée à décider si les excuses sont suffisantes, a expliqué M. Legault. Je pense qu'il n'y avait pas de mauvaise foi. Elle s'est excusée d'avoir fait des allusions à la pédophilie et je pense que c'était le moins qu'elle pouvait faire.»

- Avec la collaboration de Martin Croteau 




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer