Des baisses d'impôt après le retour au déficit zéro, promet Marois

Pauline Marois a précisé que d'éventuels surplus budgétaires seraient... (Photo Graham Hughes, PC)

Agrandir

Pauline Marois a précisé que d'éventuels surplus budgétaires seraient utilisés «pour moitié en baisses d'impôt et pour moitié au maintien ou à l'amélioration des services».

Photo Graham Hughes, PC

(MONTRÉAL) À quatre jours du vote, Pauline Marois a promis jeudi de baisser les impôts des particuliers et des entreprises après le retour à l'équilibre budgétaire, prévu en 2015-2016.

« Ce sera une des priorités de mon gouvernement », a affirmé la chef péquiste lors d'une mêlée de presse à la suite de son allocution devant les membres de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. « La classe moyenne est lourdement taxée, nous le savons. Nous souhaitons pouvoir la décharger de son fardeau », a-t-elle ajouté.

« Nous allons travailler à retrouver l'équilibre budgétaire, et en 2015-2016, on devrait l'atteindre. Et lorsque nous l'atteindrons et que nous dégagerons des ressources, nous baisserons tant les impôts des particuliers que certains impôts qui nuisent aux entreprises en matière de création d'emplois. La taxe sur la masse salariale est un bon exemple. »

Elle a précisé que d'éventuels surplus budgétaires seraient utilisés « pour moitié en baisses d'impôt et pour moitié au maintien ou à l'amélioration des services ». Elle n'a pas chiffré sa promesse de baisses d'impôt.

Pourquoi annonce-t-elle maintenant un tel engagement ? lui a-t-on demandé. Elle n'en avait jamais parlé avant parce que personne ne lui avait posé la question, a-t-elle répondu. « La Chambre de commerce m'a posé cette question-là, et il n'y a pas beaucoup de monde qui m'a posé cette question-là » depuis le début de la campagne. Elle avait évoqué une première fois l'idée de baisser les impôts alors qu'elle était questionnée par le président Michel Leblanc.

« Les libéraux et les caquistes ont des cadres financiers et budgétaires complètement irréalistes, ça n'a aucun sens. Ils promettent des baisses d'impôt qu'ils ne réaliseront pas. Et avec les libéraux, c'est une décote assurée s'ils devaient être élus », a accusé Pauline Marois.

L'annonce de la première ministre rappelle la campagne électorale de 2007. Jean Charest, qui était alors premier ministre, avait promis à moins d'une semaine du scrutin de réduire les impôts de 950 millions de dollars. Il l'avait d'ailleurs fait lui aussi devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Rappelons que le chef libéral avait pu abattre cette carte grâce au budget fédéral qui venait d'être déposé. Ottawa avait annoncé une augmentation des paiements de péréquation pour le Québec de 700 millions de dollars.

Marois «désespérée», selon Legault

«Panique», «improvisation», le chef caquiste François Legault n'a pas ménagé ses mots, jeudi, pour dénoncer la promesse soudaine de Pauline Marois de réduire les impôts.

«Elle change d'idée au 30e jour de la campagne électorale, a noté le leader de la Coalition avenir Québec. Ce n'est pas sérieux, c'est de l'improvisation. Mme Marois est complètement désespérée.»

Mme Marois a causé la surprise à quatre jours du scrutin, en promettant une baisse de l'impôt des particuliers et des entreprises après le retour à l'équilibre budgétaire, prévu en 2015-2016.

Elle dit ne pas avoir parlé de cette promesse plus tôt dans la campagne parce que personne ne lui avait encore posé la question.

«C'est ridicule», dénonce François Legault. 

Le chef caquiste a martelé à quelques reprises au sujet de Mme Marois que « son chien est mort », qu'elle n'a aucune chance d'être réélue. Il estime que le changement de cap d'aujourd'hui s'explique par la volonté de plusieurs électeurs de faire confiance à la CAQ plutôt qu'à son parti. 

«Elle doit entendre la même chose que moi sur le terrain et là, elle essaie de revoir complètement son cadre financier, a dit M. Legault. C'est de l'improvisation, elle est désespérée.» 

Le chef caquiste a fait de la baisse du fardeau fiscal son principal cheval de bataille dans la campagne. Il promet d'abolir la taxe santé et la taxe scolaire, des mesures qui permettaient au ménage moyen d'économiser 1000$ par année. 

L'annonce de Mme Marois est survenue 24 heures après la publication d'un sondage Ipsos-CTV qui porte à croire que les intentions de vote à l'égard de la CAQ sont en hausse alors que celle du PQ sont en baisse.

- Martin Croteau




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer