Quand le patron vous dit pour qui voter...

Richard Goodfellow, président d'une usine de Delson spécialisée dans le bois et... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Louise Leduc
La Presse

Richard Goodfellow, président d'une usine de Delson spécialisée dans le bois et comptant quelque 600 employés, a envoyé une lettre à son personnel lui enjoignant de ne pas voter pour le Parti québécois, un parti à la vision «suicidaire» à son avis.

«La santé de la compagnie, nos emplois et notre futur sont en jeu. Voulez-vous risquer ce futur pour vous et vos enfants?»

Rappelant à son personnel que plus de 60% de l'ensemble des affaires de l'entreprise se fait à l'extérieur du Québec, M. Goodfellow signale à ses employés qu'ils ont le choix entre «un gouvernement qui veut nous diviser et nous mener dans une direction inconnue ou continuer le progrès que nous avons réalisé. Le choix est clair ».

L'heure est grave, insiste M. Goodfellow qui se dit d'une lignée de fiers Canadiens, «fiers de notre pays de Saint-Jean, Terre-Neuve, à Victoria, C.-B., incluant la belle province de Québec».

«Depuis les 6 à 12 derniers mois, nous avons vu l'économie du Québec et notre chiffre d'affaires ici s'effondrer de bien des façons. [...] Nos infrastructures croulent sous nos pieds, la province est dans une condition financière précaire et déplorable et malgré cela certains continu[ent] d'être attirés par un rêve de pouvoir. [...] Voyons la réalité en face avant qu'il ne soit trop tard.»

M. Goodfellow n'a pas précisé pour quel parti voter, mais il souhaite que ses employés votent contre le Parti québécois et qu'ils comprennent que la souveraineté est un grand péril.

Richard Goodfellow a rappelé La Presse. Il n'a pas nié avoir envoyé cette lettre à son personnel, mais pour le reste, il a opposé un «pas de commentaire» à nos questions.

Ce sont des employés de l'entreprise Goodfellow qui ont transmis cette lettre à La Presse. Furieux, l'un d'eux l'a qualifiée d'«inacceptable et immorale» et l'associe à une campagne de peur.

Un employeur peut-il agir ainsi? La question a été posée au directeur général des élections, qui n'a pas rappelé.

«Votez libéral», demandait un propriétaire à ses résidants

Une plainte a été déposée hier au directeur général des élections du Québec (DGEQ) au sujet d'une affiche installée par le président d'une résidence pour personnes âgées d'Amos tout juste avant le vote par anticipation de lundi. Dans le message, on incite fortement les résidants à voter pour le Parti libéral. 

«Ne votez pas "par habitude" pour le même bon gars depuis 30 ans, votez pour le bon gars qui protégera notre pays. Votez Serge Bastien, candidat libéral», est-il écrit dans la lettre signée par le président des Jardins du patrimoine, Jean-Pier Frigon. 

Dossier ouvert

Le député péquiste, François Gendron, a porté plainte au DGEQ. La porte-parole du DGEQ, Stéphanie Isabelle, confirme qu'un dossier est ouvert à ce sujet. M. Frigon n'a pas rappelé La Presse. La directrice générale des Jardins du patrimoine, Isabelle Poirier, a précisé que le message avait été affiché en son absence durant le week-end, une situation qu'elle juge «déplorable», mais elle n'a pas voulu faire d'autres commentaires.

-Avec Ariane Lacoursière




la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer