Exclusif

Stratégie du PLQ: des «lignes» pour séduire les péquistes

«Le Cahier du chef», clairement destiné à Philippe... (Photo: PC)

Agrandir

«Le Cahier du chef», clairement destiné à Philippe Couillard, pourfend l'attitude du gouvernement Marois en matière d'intégrité. Il s'attaque aux nominations partisanes, aux liens entre Élaine Zakaïb et la FTQ, et même au «deal» obtenu par Claude Blanchet avec la centrale pour sa société Capital BLF.

Photo: PC

(Québec) Dans leur document interne, les stratèges libéraux ont fait la liste des arguments susceptibles de rallier des sympathisants péquistes au Parti libéral du Québec (PLQ). On y attaque sévèrement plusieurs nominations du gouvernement Marois tout en reconnaissant qu'il n'y aura aucun engagement formel sur cette question délicate.

Attaque contre Marois

La Presse a obtenu des parties du «Cahier du chef», un document qui totalise 610 pages et qui rassemble les positions du PLQ sur l'ensemble des enjeux, réduites en «fiches», des textes très synthétiques. Le document pourfend l'attitude du gouvernement Marois en matière d'intégrité; le «Cahier du chef» s'attaque aux nominations partisanes, aux liens entre Élaine Zakaïb et la FTQ, et même au «deal» obtenu par Claude Blanchet avec la centrale pour sa société Capital BLF. Étrangement toutefois, à l'item «Nos engagements», le PLQ indique platement: «aucun».

Chez les libéraux, clairement secoués par l'importance de la fuite, on confirme l'authenticité du document. Puis on soutiendra qu'il s'agit d'une brique qui a été envoyée à tous les députés pour nourrir leurs argumentaires et leurs débats éventuels. À La Presse, deux députés libéraux ont toutefois reconnu n'avoir jamais vu passer un tel document, ni en papier ni par courriel.

Des informations croustillantes

Pas de révélations fracassantes dans ce manuel clairement destiné à Philippe Couillard, mais des informations croustillantes. Clairement à partir de groupes cibles, les stratèges libéraux ont établi une série de «lignes» susceptibles de séduire les électeurs qui seraient tentés par le PQ.

Pour attirer les péquistes tentés par les libéraux, il faut rappeler que le gouvernement Marois a comme «seule priorité la séparation». On doit aussi mettre l'accent sur «l'incompétence et l'irresponsabilité» de l'équipe péquiste, qui cultive «la division et la chicane», multiplie «cachotteries», «improvisations et reculs».

Pour un péquiste qui tend vers Québec solidaire, il faudrait plutôt rappeler que Mme Marois a «comme seule priorité d'être au pouvoir», que son gouvernement «néglige les pauvres» et qu'il est constitué d'une «fausse gauche» qui règne par «électoralisme et opportunisme».

Au sympathisant péquiste tenté par la Coalition avenir Québec, il convient de rappeler que les syndicats sont «la seule priorité» de Mme Marois, qu'elle néglige les contribuables et qu'elle promet davantage de «taxation et d'étatisme».

Intégrité

Le document prend quatre pages serrées pour aborder les questions d'éthique et d'intégrité, critiquant lourdement le «comité de sages» formé par le gouvernement péquiste pour réfléchir aux nominations partisanes. Sur le bilan du PQ, on souligne «plus qu'une centaine de nominations partisanes à ce jour, dont plusieurs sont difficiles à justifier: Nicolas Girard à l'AMT, André Boisclair au MRI, Jean-Yves Duthel à Munich, Martin-Philippe Côté au ministère des Finances». Pour les libéraux, Mme Marois a «berné les Québécois» en promettant de mettre fin à ces nominations, car «aussitôt arrivée au gouvernement, elle s'est empressée de récompenser ses amis péquistes». On recycle les lignes connues, on promet de «spinner» que pour Mme Marois, le plein emploi, c'est «un péquiste, une job».

Des noms éclaboussés

Résumant sa position, les stratèges libéraux ont des mots durs à l'endroit de Nicolas Girard, un «incompétent». On promet aussi d'éviter les nominations inutiles, «le contrat superflu à Gilles Duceppe» pour sa commission sur l'assurance travail. Finalement, on promet d'écarter d'emblée les «candidats étant en conflit d'intérêts ou dont l'esprit partisan empêche de réaliser correctement la tâche à accomplir», «pour prévenir des nominations doctrinaires, biaisées comme [celle de] Claudette Carbonneau», l'ancienne présidente de la CSN, nommée à une commission sur le printemps érable.

Le PLQ dit de son côté qu'il est «excessivement important de rehausser le niveau d'indépendance de la fonction publique. Il est de notre devoir de mettre fin aux nominations partisanes, même aux perceptions de nominations partisanes».




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer