Commission Charbonneau: l'attente pourrait avoir été utile, dit Couillard

Le chef du PLQ, Philippe Couillard... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le chef du PLQ, Philippe Couillard

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

(Sherbrooke) Même s'il croit que la commission Charbonneau aurait dû être déclenchée «plus rapidement», Philippe Couillard croit que l'attente pourrait rendre l'exercice «plus utile».

«Il était clair qu'il y avait un mouvement qui se dirigeait de façon inévitable vers la tenue d'une commission d'enquête sur la construction. Je pense que c'aurait été bénéfique de la faire plus tôt. Ceci dit, elle est en place et son effet bénéfique va être le même. Ce n'est pas le délai de mise en place qui va faire qu'elle sera moins utile. Au contraire, elle risque même d'être plus utile», a affirmé le chef libéral lundi matin en conférence de presse à Sherbrooke.

«J'ai hâte de voir le rapport de la commission et surtout de mettre en place les recommandations», a-t-il ajouté.

Dimanche, l'ex-député libéral Michel Matte révélait que Jean Charest avait affronté des députés en caucus, qui lui demandaient de déclencher une commission d'enquête. «Un nombre de députés, qui augmentait avec le temps», réclamait une commission d'enquête, a affirmé M. Matte, candidat libéral dans Portneuf.

Sous le gouvernement Charest, les députés libéraux avaient voté 11 fois contre la tenue d'une commission d'enquête, avant de céder sous la pression populaire. M. Couillard n'a pas expliqué de quelle façon cette attente pourrait avoir été «utile».

Plus tard - lors de la conférence de presse - lundi matin à Sherbrooke, le chef libéral est revenu sur ses propos, selon lesquels il aurait été «bénéfique de faire (la commission) plus tôt». «Je n'ai pas dit ça. J'ai dit que l'important, c'est que la commission siège et qu'elle fasse son rapport», a-t-il lancé à un journaliste qui lui demandait de préciser sa pensée.

Bachand défend l'attente 

L'ex-ministre des Finances Raymond Bachand a reconnu que «des discussions» ont eu lieu au caucus libéral pour déclencher plus rapidement une commission d'enquête. «Il y avait des discussions au caucus. C'est comme une chambre des joueurs», a-t-il dit, en expliquant que les députés débattaient de tous les sujets.

Il défend encore la décision du gouvernement Charest d'avoir attendu. «Il n'y a pas de commission d'enquête qui peut être efficace si elle n'est pas précédée d'enquêtes policières solides. Après cela, c'est une question de dosage. S'il n'y avait pas eu d'escouade Marteau ou d'UPAC, la commission Charbonneau n'aurait pas pu bien faire sa job. Il fallait faire la première étape avant de faire le deuxième», a-t-il soutenu.

«À quel moment on enclenche une commission d'enquête? Il y avait des opinions d'experts et de policiers (sur cette questions) qui disaient: il faut que les enquêtes policières se fassent avant. On a fait les deux, je pense dans le bon ordre», a-t-il ajouté.




la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer