La «majorité silencieuse» pro-Charte intimidée, dit Drainville

Bernard Drainville a donnée une conférence de presse... (Photo: Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Bernard Drainville a donnée une conférence de presse mercredi à Montréal en compagnie, entre autres, de la candidate dans Mille-Îles Djemila Benhabib (à sa droite sur la photo).

Photo: Edouard Plante-Fréchette, La Presse

(Montréal) Après une tournée de 15 circonscriptions surtout rurales pour promouvoir la Charte de la laïcité, Bernard Drainville dit ne pas avoir rencontré de femme musulmane intimidée à cause de son voile. Mais le reste de l'équipe laïcité du Parti québécois (PQ) se plaint d'avoir observé le contraire.

«Les néo-Québécoises qui (ont défendu la Charte) à la commission parlementaire ont non seulement été intimidées au Québec, mais leurs familles aussi ont reçu des appels en Algérie, au Maroc...», a raconté en anglais Evelyne Abitbol, candidate péquiste dans l'Acadie, de «tradition juive» et d'origine maghrébine.

L'automne dernier, la Commission des droits de la personne sonnait déjà l'alarme au sujet d'une montée de l'intolérance. «On a des indices qu'il y a beaucoup plus d'incidents sur le terrain que ce qu'on voit dans les médias», rapportait son président, Me Jacques Frémont, un adversaire de la Charte.

Mais les péquistes ont voulu montrer l'autre côté de la médaille. Mme Abitbol, Yasmina Chouakri (Anjou-Louis-Riel), Leila Mahiout (Bourassa-Sauvé) et Djemila Benhabib (Mille-Îles) ont donné quelques exemples. Des femmes pro-Charte ont reçu des courriels avec des «photos de gorge coupée ou de sang». Et dans certains cas, leur famille a été «appelée en Algérie».   

Alors que Pauline Marois s'est enfermée mercredi pour se préparer au débat, M. Drainville invitait les médias pour faire le point sur sa tournée de 15 circonscriptions depuis le début de la campagne pour promouvoir son projet de loi. Ce qu'il a appelé en anglais la «Tournée Drainville pour la Charte». Il se défend d'avoir organisé la conférence de presse pour recentrer la campagne électorale du PQ. «C'était planifié depuis le début», assure-t-il, en démentant que le plan de match avait changé à cause de la remontée des libéraux.  

Mais le message était clair. «Un vote pour Philippe Couillard, c'est un vote contre la Charte», a-t-il martelé, en insistant que la nouvelle proposition libérale allait encore moins loin que le projet de loi 94 défendu à l'époque par le gouvernement Charest. «La position de Philippe Couillard, c'est : non, non, non, niet, il n'y en aura pas de charte, on va tout faire pour la bloquer, on va la déchirer, il n'y aura pas d'encadrement, il n'y a aucune interdiction sur le port de signes, ça va être le cas par cas, le burqa et le niqab vont être encore légal au Québec.» 

Mais pour les péquistes, le travail sur le terrain n'est pas toujours facile. Mme Mahiout, diplômée en génie informatique et vice-présidente du Festival du Monde Arabe, n'a pas caché cette difficulté dans la circonscription multiethnique du Nord de Montréal. Plusieurs citoyens appuient la Charte mais n'osent pas le manifester devant leurs proches. «C'est comme si c'était honteux», avoue-t-elle.

Mme Abitbol, ex-directrice des affaires publiques de l'Université Concordia, et Mme Chouakri, chercheuse associée à la Chaire de recherche sur l'immigration de l'UQAM, abondaient dans le même sens.

Le coupable, selon M. Drainville: le «matraquage anti-Charte» qui aurait selon lui déferlé dans les médias, où on associait son projet à de la «xénophobie». Il a décliné le club sélect de despotes et aux autres non-apôtres de la tolérance auquel son projet a été associé: Franco, Poutine, le Front national et la Nuit de cristal de l'Allemagne nazie.

«Certains finissent par se dire, mon Dieu! Est-ce que j'ai raison d'appuyer la Charte, est-ce que je suis une bonne personne? Bien oui, vous êtes une bonne personne», a lancé M. Drainville.

De son côté, M. Couillard accuse le PQ de faire une tentative de diversion. « Ils ont sorti la charte à l'automne pour cacher le désastre économique, et ils vont la sortir aujourd'hui pour cacher le référendum. Personne n'est dupe de ça », a-t-il lancé en conférence de presse à Québec. Selon lui, c'est la « panique » au PQ, qui cherche « à gauche et à droite comment rétablir sa campagne ». 

De la place au compromis?

M. Drainville voudrait reprendre le débat là où il l'avait laissé. Il redéposerait le projet de Charte de la laïcité déjà connu et demanderait le consentement des autres partis et députés indépendants pour continuer l'étude en commission parlementaire. Il restait quelque 100 mémoires déposés qui n'avaient pas encore été présentés à l'Assemblée nationale.  Il n'y aurait donc pas de nouveau dépôt de mémoire.

Le ministre des Institutions démocratiques n'a pas voulu nommer un argument entendu en commission parlementaire susceptible de le faire changer d'idée. «Vous me demandez de mettre la charrue devant les boeufs», a-t-il répondu. Il ne veut pas s'avancer avant la fin de l'étude des mémoires.

Il se dit «ouvert à améliorer la Charte». Mais les critiques entendues dans les derniers mois n'ont pas fait fléchir sa volonté. «Il n'est pas question de vider la Charte de son contenu ou de reculer sur les aspects fondamentaux, notamment sur la question du port de signes religieux», prévient-il.

S'il amende la Charte, il annonce que «ce ne sera pas pour l'affaiblir, ce sera pour la renforcer». Le PQ s'est déjà inspiré d'une proposition de l'ex-députée libérale Fatima Houda-Pepin, qui veut créer un centre de surveillance et de lutte contre l'intégrisme.

- Avec Tommy Chouinard




la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer