Trois femmes d'origine maghrébine au PQ pour défendre la Charte

Yasmina Chouakri, qui a déjà présidé le Réseau d'action... (PHOTO TIRÉE DU SITE RAFIQ.CA)

Agrandir

Yasmina Chouakri, qui a déjà présidé le Réseau d'action pour l'égalité des femmes immigrées et racisées du Québec (RAFIQ), sera candidate dans Anjou-Louis-Riel.

PHOTO TIRÉE DU SITE RAFIQ.CA

(Anjou) Pour défendre la Charte de la laïcité dans certains quartiers multiethniques de Montréal, le Parti québécois (PQ) a choisi trois femmes d'origine maghrébine: la juive sépharade Évelyne Abitbol (Acadie) et les musulmanes Yasmina Chouakri (Anjou-Louis-Riel) et Leila Mahiout (Bourassa-Sauvé).

«C'est un message fort qu'on voulait lancer», a expliqué la chef du PQ, Pauline Marois. «Elles ont choisi d'appuyer la laïcité de l'État parce qu'elles veulent plus d'intégration», a-t-elle ajouté lors d'une visite pour aider leur campagne.

Elles feront toutefois campagne dans circonscriptions libérales très difficiles à gagner. Mais c'était leur choix, ont-elles assuré. «Ce sont des comtés où il y a le plus d'immigrants. C'est la raison pour laquelle on les a choisis», a dit Mme Abitbol.

La Charte de la laïcité est une motivation importante de leur engagement politique. «La citoyenneté comprend des droits mais aussi des devoirs civils face aux institutions (...). Le Parti québécois me semble le seul parti engagé à poursuivre la laïcisation des institutions québécoises, en favorisant une intégration citoyenne et non communautariste», a soutenu Mme Chouakri. Chercheuse associée à la Chaire de recherche sur l'immigration de l'UQÀM, la Québécoise d'origine algérienne a aussi présidé le Réseau d'action pour l'égalité des femmes immigrées et racisées du Québec, ainsi que l'Institut canadien de recherches sur les femmes.

Mme Mahiout dit que le PQ lui a proposé d'autres circonscriptions plus réceptives aux souverainistes.  Mais la diplômée en génie informatique et vice-présidente du Festival du Monde Arabe de Montréal voulait relever ce défi pour parler notamment de laïcité avec les nouveaux arrivants. «La laïcité, c'est un instrument que le gouvernement doit avoir pour pouvoir réaliser ses missions dans la sérénité.»

Même chose pour Mme Abitbol, juive de tradition arrivée au Québec durant la Révolution tranquille. Ex-directrice des affaires publiques de l'Université Concordia, une institution qui s'oppose avec virulence à la Charte, Mme Abitbol promet de «prendre les personnes une par une, dans leur langue d'origine» pour les convaincre. Acadie compte 56 % d'allophones. La tâche sera colossale. La libérale Christine St-Pierre a gagné en 2012 avec une avance écrasante de 11 798 votes.

Plus tôt en journée, Mme Marois s'est rendue dans Mille-Iles, à Laval, pour participer à une activité publique avec l'essayiste et militante anti-islamiste Djemila Benhabib.




la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer