Droits de scolarité: Martine Desjardins ne se dit pas en faveur de l'indexation

Martine Desjardins... (Photo Olivier Pontbriand, archives La Presse)

Agrandir

Martine Desjardins

Photo Olivier Pontbriand, archives La Presse

(Sainte-Thérèse) La candidate péquiste et ex-leader étudiante Martine Desjardins refuse de dire clairement qu'elle appuie l'indexation des droits de scolarité. Mais elle cautionne la position du Parti québécois, qui propose justement cette mesure.

«Je vais vous répéter, encore une fois: je suis en faveur de l'accessibilité aux études. Ce qu'on a fait dans le cadre de la campagne de 2012, c'est se battre contre un gouvernement (libéral) qui voulait endetter les générations suivantes, avec une augmentation de 82% des droits de scolarité. C'est 1625 dollars de hausse», a-t-elle déclaré vendredi matin en impromptu de presse.

Elle se présentait pour la première fois à titre de candidate du PQ dans Groulx, sur la Rive-Nord de Montréal. La chef du PQ Pauline Marois l'accompagnait.

Lors de la grève étudiante, Mme Desjardins dirigeait la Fédération des étudiants universitaires du Québec (FEUQ). Elle s'est farouchement battue pour le gel des droits de scolarité.

Comme il le promettait, le gouvernement péquiste a annulé la hausse libérale des droits de scolarité puis a organisé un sommet. On y a annoncé l'indexation. 

Durant ce sommet, Mme Desjardins continuait de se battre bec et ongles pour le gel. C'était une position «très ferme», disait-elle.

Appuie-t-elle maintenant l'indexation? Elle a refusé à plusieurs reprises ce matin de répondre par oui ou non à la question.

«À la fin du sommet, il fallait prendre un moment pour regarder l'ensemble des éléments, a-t-elle dit. Je tiens à dire, ma priorité a toujours été de préserver l'accessibilité. Et je ne suis pas la seule qui l'a remarqué, certains l'ont écrit : l'accessibilité a été préservée à la suite du sommet de l'éducation. Donc je suis très contente, justement de me joindre au Parti québécois», a-t-elle affirmé.

Le gouvernement Marois a «remis de l'argent dans les poches des étudiants avec la bonification réelle de l'aide financière aux études», se réjouit-elle.

Mme Desjardins essaiera de ravir Groulx à la Coalition avenir Québec. La députée caquiste Hélène Daneault a abandonné son parti cette semaine. Le PQ avait perdu cette circonscription en 2008 par 1763 votes.

Contrairement à Léo Bureau-Blouin, Mme Desjardins n'avait pas été recrutée par le PQ lors de la dernière campagne électorale. Son téléphone n'a «pas sonné pantoute», a-t-elle déjà déclaré, l'air déçu, au Soleil.

Dans les derniers mois, Mme Desjardins a défendu la Charte de la laïcité du gouvernement péquiste. Elle était membre de Janettes, en plus de se rallier à un autre groupe pour venir vanter le projet de loi à Québec en commission parlementaire.

Compressions dans les universités 

En 2013, le gouvernement péquiste confirmait que les universités allaient subir des compressions supérieures à 250 millions de dollars en deux ans (2012-13 et 2013-14).  

À cause de la précarité des finances publiques, le dernier budget péquiste prévoit une hausse de 3% aux ministères de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur. Il sera donc très difficile pour le gouvernement péquiste de réaliser son engagement de hausser le financement universitaire de 262 millions par année, tel que promis lors du sommet. D'ailleurs, le budget ne détaillait pas les dépenses pour faire le suivi sur cet engagement.  

«Évidemment, il reste beaucoup d'enjeux, notamment le financement universitaire, mais ça,  ce sera au cours de la prochaine campagne», a brièvement commenté Mme Desjardins à ce sujet.

Le dernier budget péquiste prévoit aussi une augmentation des droits de scolarité pour les étudiants étrangers. Québec économisera ainsi 60 millions de dollars par année.

«On va regarder l'ensemble des mesures. Le but, c'est toujours de préserver l'accessibilité aux études. Pour moi, c'est la priorité. Et je reste constante dans mes priorités», a dit Mme Desjardins à ce sujet.

Est-elle d'accord avec la mesure?

Sa chef est venue à son secours. «Je vais répondre à ça si vous permettez,  a dit Mme Marois. Les parents des étudiants étrangers ne paient pas de taxes au Québec. Ils bénéficient d'un accès à un coût très bon. Ils paient plus cher que les étudiants Québécois, et c'est normal qu'à partir du moment où ils choisissent de venir étudier chez nous, étant donné qu'ils ne participent pas (au financement du réseau universitaire à titre de contribuables).»




la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer