Jusqu'à 3 millions en indemnités pour les députés sortants

Faute d'avoir été réélue dans sa circonscription, Pauline... (Photo Archives La Presse)

Agrandir

Faute d'avoir été réélue dans sa circonscription, Pauline Marois pourrait toucher une indemnité de 181 000$.

Photo Archives La Presse

Les députés défaits ou qui ne se sont pas représentés pourront toucher des indemnités de transition qui pourraient atteindre trois millions, selon les chiffres compilés par la Ligue des contribuables du Québec.

Faute d'avoir été réélue dans sa circonscription, la première ministre défaite, Pauline Marois, pourrait ainsi toucher une indemnité de 181 000$, affirme la directrice générale de la Ligue, Claire Joly. Son cabinet n'a pas rappelé La Presse, hier, pour indiquer si elle toucherait cette somme.

La façon de calculer ce montant est prévue par la Loi sur les conditions de travail et le régime de retraite des membres de l'Assemblée nationale. L'indemnité offerte équivaut à deux mois de salaire par année complète à titre de député, et ce, pour un minimum de quatre mois et un maximum d'un an.

Si un député a occupé diverses fonctions où son salaire a fluctué, la Loi prévoit qu'on retient le plus favorable de deux scénarios: l'indemnité est calculée en fonction soit des 12 derniers mois de travail, soit du salaire le plus élevé sur une période de 36 mois ininterrompus.

La Ligue des contribuables du Québec déplore que les montants de ces indemnités de transition, ainsi que les députés qui les réclament, ne soient pas rendus publics.

«Nous voudrions aussi qu'un député sortant qui a plus de 60 ans et touche sa rente de retraite ne puisse obtenir en prime cette indemnité», ajoute Mme Joly.

«Nous ne sommes pas opposés à ce qu'un député qui est battu aux élections ou se retire de la vie politique reçoive une indemnité. Par contre, si quelqu'un démissionne en cours de mandat de son plein gré, et pas pour des raisons de santé, on demande que cette allocation ne lui soit pas versée», réclame-t-elle.

- Avec la collaboration de Serge Laplante

Les 10 indemnités les plus élevées... 

PARMI LES CANDIDATS DÉFAITS

1. Pauline Marois, Parti québécois, Charlevoix-Côte-de-Beaupré: 181 000$

2. Yves-François Blanchet, Parti québécois, Johnson: 138 000$

3. Bertrand St-Arnaud, Parti québécois, Chambly: 138 000$

4. Fatima Houda-Pepin, Parti libéral du Québec, puis indépendante, La Pinière: 115 500$

5. Luc Ferland, Parti québécois, Ungava: 110 000$

6. Denis Trottier, Parti québécois, Roberval: 105 500$

7. Marie Bouillé, Parti québécois, Iberville: 96 000$

8. Noëlla Champagne, Parti québécois, Champlain: 96 000$

9. Denise Beaudoin, Parti québécois, Mirabel: 92 500$

10. Scott McKay, Parti québécois, Repentigny: 92 500$

PARMI LES DÉPUTÉS NE S'ÉTANT PAS REPRÉSENTÉS

1. Marie Malavoy, Parti québécois, Taillon: 154 500$

2. Yolande James, Parti libéral du Québec, Nelligan : 149 500$

3. Yvon Marcoux, Parti libéral du Québec, Vaudreuil : 139 000$

4. Lawrence S. Bergman, Parti libéral du Québec, D'Arcy-McGee: 110 000$

5. Irvin Pelletier, Parti québécois, Rimouski: 110 000$

6. Henri-François Gautrin, Parti libéral du Québec, Verdun: 107 000$

7. Pierre Marsan, Parti libéral du Québec, Robert-Baldwin: 107000$

8. Charlotte L'Écuyer, Parti libéral du Québec, Pontiac : 102 500$

9. Jean-Paul Diamond, Parti libéral du Québec, Maskinongé: 89 500$

10. Danielle St-Amand, Parti libéral du Québec, Trois-Rivières : 89 500$




la boite:2512870:box

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer