Couillard promet 125 postes de sages-femmes

Le chef du PLQ, Philippe Couillard... (Photo Francois Laplante Delagrave, AFP)

Agrandir

Le chef du PLQ, Philippe Couillard

Photo Francois Laplante Delagrave, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Pour compléter la politique de périnatalité lancée en 2008, Philippe Couillard promet de créer d'ici cinq ans 125 postes de sages-femmes et ajouter sept maisons de naissance en région. La mesure coûtera 18,5 millions sur cinq ans.

«L'objectif, c'est de donner aux femmes un véritable choix», a expliqué le chef libéral en conférence de presse au pavillon de la santé de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Il s'engage aussi à investir 20 millions de dollars par année, à partir de 2016-17, pour augmenter le nombre de centres de pédiatrie sociale.

Il s'agissait de la quatrième visite de M. Couillard à Trois-Rivières, une circonscription libérale qui est menacée par le candidat péquiste Alexis Deschênes. En plus de son candidat local Jean-Yves Girard, le chef libéral était notamment accompagné par Gaétan Barrette.

En 2012, alors qu'il était candidat caquiste, M. Barrette voulait abolir les agences de santé. Son objectif avec l'équipe libérale est plus modeste: «réduire de 10% l'encadrement d'ici trois ans dans tout le réseau, incluant les agences de santé».

A-t-il changé d'idée en même temps qu'il a changé de parti? « Les choses sont rendues où elles sont rendues aujourd'hui, a-t-il répondu. La position du Parti libéral est celle que je défends avec la même intensité (...) On ne refera pas la campagne de 2012».

«Pour nous, 10% est un chiffre qu'il faut absolument atteindre. Maintenant, il faut le faire de manière telle qu'on ne perturbe pas le fonctionnement du réseau», a-t-il ajouté.

Cette cible est «réaliste et raisonnable», a poursuivi M. Couillard. Et elle n'est «pas prise dans les airs». Il explique que la réduction de 10% permettrait d'atteindre le niveau d'encadrement observé dans la plupart des pays de l'OCDE.

Les libéraux veulent augmenter le budget de la santé de 5%. Le PQ et la CAQ proposent respectivement des hausses de 3% et 0,9%.

La CAQ propose rien de moins que «l'anarchie» et des «bris de service», a menacé M. Couillard. «Quand (le chef caquiste François Legault) parle des cadres dans le réseau, il donne l'impression que c'est seulement du monde dans un bureau à faire de l'administration», dit M. Couilard, Or, la réalité serait plus complexe. Par exemple, des cadres sont en fait des infirmières en charge de la prévention des infections, ce qui est «un rôle clinique essentiel».

Couillard courtise la CAQ avec un discours de ménage

En après-midi, M. Couillard s'est rendu à Québec pour chasser dans les terres caquistes, avec comme appât un discours de dégraissage de l'État.

Il a organisé une conférence de presse en face de l'édifice Marie-Guyart, qui abrite notamment le ministère de l'Éducation, pour réitérer qu'il y abolirait 500 postes en cinq ans http://goo.gl/PLfH5m, en plus de 120 postes dans les directions régionales.

Contrairement à l'approche «à la tronçonneuse» de la CAQ, le chef libéral promet d'agir «dans le respect des gens». Certains des postes seront abolis à la suite d'une offre pour une retraite anticipée.




publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer