«Je vais être capable d'écouter les Québécois», dit Pauline Marois

La chef du PQ Pauline Marois, à l'issue... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

La chef du PQ Pauline Marois, à l'issue du deuxième débat des chefs, jeudi soir.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pauline Marois croit avoir dissipé le flou autour de la tenue d'un référendum sur la souveraineté lors du débat des chefs hier soir. Sans s'engager à tenir ou non un référendum dans un prochain mandat, elle a laissé entendre qu'elle ne précipiterait pas les Québécois dans cette aventure.

« J'ai dit que j'allais écouter [les Québécois]. Je suis une femme déterminée, mais je suis une femme capable d'écoute. À ce moment-ci, je suis bien consciente que les Québécois ne veulent pas de référendum. Et s'ils n'en veulent pas, je vais être capable de les écouter », a-t-elle affirmé au terme du débat.

La chef péquiste a trouvé que François Legault, résolument à l'attaque, « parlait un peu trop fort ». Il lui a lancé des questions incisives sur les nominations partisanes et le « deal » évoqué par Michel Arsenault à la commission Charbonneau entre le mari de Mme Marois, Claude Blanchet, et la SOLIM, le bras immobilier du Fonds de solidarité de la FTQ. « J'ai trouvé que c'était un peu difficile que je puisse parler par-dessus lui. Alors je suis restée polie, ça fait partie de ma nature profonde », a-t-elle dit.

Au cours des derniers jours, Pauline Marois a lancé des messages à Françoise David en lui disant qu'elle se trompe de cible en l'attaquant. Elle croit que son appel a été entendu. « Je crois qu'elle est quand même restée sur ses positons à elle », a-t-elle noté. Elle s'est dite satisfaite que les échanges aient porté surtout sur « les questions de fond et le contenu », alors que l'on s'attendait à un ton plus acrimonieux.

Pauline Marois s'est plainte à quelques reprises au cours du débat de ne pas avoir un droit de parole suffisant. « Probablement qu'on arrive à un équilibre » dans le temps accordé à chacun, « parce qu'on m'avait dit qu'on surveillait cela », a-t-elle dit en conférence de presse.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer