Activité de financement de 428 150$: Couillard ne sait pas où est l'argent

Philippe Couillard... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Philippe Couillard

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Philippe Couillard ne sait pas où se trouvent les 428 150 dollars amassés lors d'une activité de financement du Parti libéral à laquelle s'intéresse l'UPAC. «J'ai demandé bien sûr au parti qu'on fasse des vérifications. Ce qu'on m'indique, c'est qu'il n'y a pas de traces de cette activité dans les livres du parti, de quelque façon que ce soit», a-t-il déclaré en conférence de presse mercredi matin à Montréal.

Philippe Couillard ne sait pas où se trouvent les 428 150 dollars amassés lors d'une activité de financement du Parti libéral à laquelle s'intéresse l'UPAC. «J'ai demandé bien sûr au parti qu'on fasse des vérifications. Ce qu'on m'indique, c'est qu'il n'y a pas de traces de cette activité dans les livres du parti, de quelque façon que ce soit», a-t-il déclaré en conférence de presse mercredi matin à Montréal.

L'automne dernier, l'UPAC a perquisitionné dans des entreprises de Marc Bibeau, ancien grand argentier du Parti libéral (PLQ). Cette perquisition découlait de celle effectuée à la permanence du PLQ l'été dernier. Les enquêteurs s'intéressaient particulièrement à 20 activités de financement. Selon le mandat de perquisition, une personne - dont le nom est caviardé - aurait amassé 428 150 $ pour une seule activité de financement.

La somme n'apparaît pas dans les livres du parti. Le Parti québécois (PQ) a déposé une plainte à cet effet au Directeur général des élections (DGE).  

À l'époque, il y avait environ 200 activités de financement par année au PLQ. Elles étaient vérifiées par le DGE et l'audit interne du parti, a rapporté M. Couillard. 

Il avait demandé des vérifications l'année dernière, quand ces informations avaient fait l'objet de reportages, et il a demandé à nouveau hier d'en savoir plus. «On n'a pas de renseignements supplémentaires, a-t-il avoué. Il faut que l'UPAC joue son rôle, et il faut avoir la vérité. Si des gens ont commis des actes répréhensibles, ils doivent être sanctionnés.» 

Le chef libéral accuse le péquiste Pierre Duchesne de se transformer en «soldat du salissage». Il l'accuse de tenir un double discours. L'UPAC a aussi rencontré des dirigeants du PQ, rappelle-t-il.

Le PQ voit une différence entre la rencontre de ses dirigeants avec l'UPAC et la perquisition faite au quartier général du PLQ. Le chef libéral juge que cette différence est «subtile». Elle pourrait n'être que chronologique, soutient-il. «En général, les forces policières font leurs enquêtes, et prennent leur décision d'intervention par la suite. Il n'est pas exclu qu'il n'y aura pas d'autres interventions.»

M. Couillard invite aussi à la «prudence», car les enquêtes policières ne sont pas terminées.

Il assure que Marc Bibeau «ne joue aucun rôle» au PLQ. Et la nouvelle loi sur le financement des partis politiques, adoptée par le gouvernement péquiste avec l'appui de l'opposition, a changé la donne. Les dons sont désormais plafonnés à 100 dollars. La limite était de 3000 dollars au début du gouvernement Charest. Avec une telle limite, il n'est plus nécessaire de recourir à «organisateur d'activités de financement». Le financement se fait à petite échelle, dans les circonscriptions, avec de modestes donateurs, rapporte-t-il.

Les députés libéraux doivent amasser 18 000 dollars par année, selon la cible donnée par le parti. Une cible «modeste», dit M. Couillard. Sous le gouvernement Charest, les ministres devaient amasser 100 000 dollars, une directive que M. Couillard avait dénoncée, mais seulement lors de son retour en politique.

François Legault a rapporté aujourd'hui que lorsqu'il était ministre péquiste, il devait amasser 80 000 dollars.

Le chef libéral ne veut pas commenter le bilan de son prédécesseur. «Je ne veux pas jouer dans le show du passé», explique-t-il, en rappelant que l'élection de 2012 a déjà été faite et que «la sanction populaire a été donnée.»  

Il assure avoir soumis ses candidats et collaborateurs à un «screening» pour s'assurer que tous montraient patte blanche. Au moins une personne a été écartée, a-t-il dit. «C'étaient à cause de choses assez mineures sur le plan technique, mais qui pourraient engendrer des problèmes de perception», a-t-il raconté.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2512870:box

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer