Un comité demande à Ottawa d'intervenir dans l'élection québécoise

Le comité est composé notamment d'un député conservateur,... (Photo André Tremblay, Archives La Presse)

Agrandir

Le comité est composé notamment d'un député conservateur, Peter Goldring, de l'avocat Brent Tyler (ci-dessus), ancien président d'Alliance Québec, et de plusieurs professeurs de l'Université McGill.

Photo André Tremblay, Archives La Presse

Stéphanie Marin
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le Comité spécial pour l'unité canadienne veut que le gouvernement fédéral intervienne immédiatement et «avec force» dans l'élection québécoise.

Il faut rappeler aux Québécois qu'il ne revient pas à la majorité politique au Québec de décider d'un futur troisième référendum ou des restrictions sur l'utilisation de la langue anglaise dans la province, croit-il.

Ces questions relèvent plutôt de la Constitution canadienne qu'Ottawa doit défendre, est-il indiqué dans un communiqué transmis mardi.

Celui-ci annonce de plus une conférence de presse à ce sujet qui aura lieu jeudi matin au Parlement à Ottawa.

Le comité est composé notamment d'un député conservateur albertain, Peter Goldring, de l'avocat Brent Tyler, ancien président d'Alliance Québec, de l'ancien chef du Parti égalité, Keith Henderson, et de plusieurs professeurs de l'Université McGill.

Ils estiment que l'intervention des troupes de Stephen Harper est nécessaire dans la présente élection au Québec, ainsi que celle de tous les élus concernés.

Selon eux, les électeurs doivent savoir trois choses que les candidats provinciaux ne peuvent pas ou ne veulent pas leur dire: comment le fédéral doit répondre à un troisième référendum sur l'indépendance et comment il devrait contrer la charte des valeurs ainsi que les mesures législatives pour restreindre l'utilisation de la langue anglaise dans la province.

«Pendant une campagne électorale fort peu semblable aux autres, les politiciens fédéraux doivent rappeler aux électeurs que ce n'est pas la responsabilité de la majorité politique du Québec de trancher ces questions, mais qu'elles relèvent de la Constitution du Canada, la loi suprême du pays, dont il incombe à Ottawa de défendre et de faire valoir, clairement et systématiquement», est-il écrit dans le communiqué du comité.

Celui-ci a été formé en 2012, l'année où le Parti québécois a repris le pouvoir sous la gouverne de Pauline Marois. Ses membres voulaient freiner l'ascension du mouvement séparatiste québécois. Peu avant cette élection, «le Canada a semblé être, encore une fois, sur le bord du précipice d'un désastre pour l'unité canadienne», est-il écrit sur le site Web du député Goldring.

Le premier ministre Stephen Harper et ses ministres ont déjà pourtant fait savoir, à plusieurs reprises, qu'ils n'avaient pas l'intention de se mêler de l'élection québécoise.

Justin Trudeau, le chef libéral, croit aussi que ce n'est pas le rôle d'Ottawa.

«Je trouve que le gouvernement fédéral ne doit pas se mêler d'élections au provincial. Nous sommes des paliers de gouvernement différents», a-t-il déclaré mardi lorsque questionné à ce sujet.

Cette décision revient aux Québécois, soutient-il.

Mais il en a néanmoins profité pour indiquer sa position.

«Je dis depuis le début que les Québécois veulent une économie forte et non un troisième référendum. (...) Je ne cache aucunement que je suis et fédéraliste et libéral», a-t-il dit.

Les troupes libérales fédérales avaient déjà indiqué qu'elles allaient appuyer le chef Philippe Couillard.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a indiqué dans le passé son intention de rester neutre dans la campagne québécoise.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2512870:box

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer