Financement politique du PLQ: le PQ dépose une plainte

« Il y a beaucoup trop de points... (Photothèque La Presse)

Agrandir

« Il y a beaucoup trop de points d'interrogation, on est à 13 jours d'une élection générale », a dit Pierre Duchesne. Le 428 000$ « c'est quoi, une somme secrète ? Il y a une caisse secrète ? »

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Parti québécois demande au Directeur général des élections du Québec (DGEQ) d'ouvrir une enquête sur une activité de financement nébuleuse du Parti libéral du Québec (PLQ) citée dans un récent mandat de perquisition de l'Unité permanente anticorruption (UPAQ).

Cette fameuse levée de fond, dont on ne connait ni la nature, ni l'endroit, puisque le document est lourdement caviardé, aurait permis au PLQ d'amasser 428 000$ lors un seul événement.

« Ce montant-là n'apparaît pas dans les états financiers du PLQ », a déclaré cet après-midi le ministre péquiste sortant, Pierre Duchesne. « Où est allé cet argent, M. Couillard? D'où provient cet argent? Est-ce que cet argent est utilisé dans la présente campagne électorale ? »

Le mandat de perquisition de l'UPAQ, dont certaines portions ont été rendues publiques début mars, a été exécuté en novembre dans une entreprise de Marc Bibeau, décrit comme le « grand argentier du PLQ ». Cette perquisition a été menée après une première perquisition, cet été, à la permanence du PLQ.

« Il y a beaucoup trop de points d'interrogation, on est à 13 jours d'une élection générale », a dit Pierre Duchesne. Le 428 000$ « c'est quoi, une somme secrète ? Il y a une caisse secrète ? »

Couillard refuse de commenter

Philippe Couillard n'a pas voulu commenté cette activité de financement. «Je n'ai aucune idée, je n'étais pas-là», a réagi celui qui est chef libéral depuis mars 2013. 

Il n'a pas dit s'il avait posé des questions à son équipe pour en savoir plus. 

Il juge toutefois ironique que cette plainte soit dévoilée le jour où l'on apprend que l'UPAC a rencontré deux dirigeants du Parti québécois.

«C'est franchement inacceptable. Assez pour le Parti québécois de se draper dans la vertu ! La vérité apparaît depuis le rapport Moisan (en 2006). Elle apparaît encore. On ne présume de rien, pas plus qu'on ne présume des gens qui chez nous peuvent être amenés à rencontrer la commission», a-t-il lancé, après un rassemblement à Asbestos.

- Avec Paul Journet

Partager

publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer