Marois s'en prend à Françoise David

La première ministre, Pauline Marois.... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

La première ministre, Pauline Marois.

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Pauline Marois a tourné ses canons vers Françoise David pour la première fois de la campagne électorale, vendredi soir. Elle accuse la candidate de Québec solidaire de faire le jeu de Philippe Couillard.

«Elle se trompe de cible quand elle concentre ses attaques sur nous», a lancé la chef péquiste lors d'un rassemblement à Québec où, surprise, son mari Claude Blanchet l'accompagnait. Une autre première dans cette campagne.

Au débat des chefs, jeudi soir, «j'ai été la cible de toutes les attaques. Ce n'est pas tellement étonnant de la part de François Legault ou de Philippe Couillard, ce sont des adversaires naturelles. Mais venant de Mme David... Je trouve que c'est plutôt étonnant», a-t-elle soutenu.

Les libéraux s'en réjouissent selon elle. «Quand Françoise David me questionnait, j'ai cru voir Philippe Couillard esquisser un sourire attendri», a souligné Mme Marois.

Les attaques de Françoise David à son endroit dans le dossier du pétrole l'ont de toute évidence agacée: «On a investi cinq fois plus dans l'efficacité énergétique que dans (l'exploration pétrolière sur) l'île d'Antiscoti. Il faudrait peut-être dire ça à Mme David pour qu'elle le reconnaisse! Mais malgré ça, les solidaires oublient que la vision des libéraux, c'est toujours et encore le béton, l'asphalte et les gaz de schiste.»

Elle a remanié au goût du jour une formule qu'elle utilise généralement pour attaquer le PLQ et la CAQ: «Un vote pour Québec solidaire, c'est un vote contre la Charte» des valeurs.

Pauline Marois a présenté son parti comme «la seule voie possible» pour éviter «le mauvais rêve d'un retour aux années libérales.» «La solidarité, c'est s'occuper de notre monde. Les libéraux et les caquistes ne veulent pas le faire. Et les solidaires, eux, ne peuvent pas le faire. Nous, au Parti québécois, on veut, on peut et on va le faire», a-t-elle plaidé.

Jean-François Lisée a enfoncé le clou dans une mêlée de presse: «Si les Québécois veulent que les libéraux reviennent, qu'ils votent libéral ou Québec solidaire. S'ils ne le veulent pas, qu'ils votent pour le Parti québécois».

Pierre Karl Péladeau et Bernard Drainville ont été appelés à réchauffer la salle vendredi soir. Le premier a fait un discours à saveur économique, sans dire un mot sur la souveraineté. Le second y est allé d'un plaidoyer sur la Charte des valeurs.

Plus tôt dans la journée, lors du sommet de l'Union des municipalités du Québec, Pauline Marois a croisé l'ancien premier ministre péquiste Jacques Parizeau, qui était en compagnie de son épouse Lisette Lapointe, mairesse de Saint-Adolphe-d'Howard. Il n'a pas voulu faire de commentaires sur la campagne.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer