PKP: un acteur important, «mais pas un sauveur»

Pierre Karl Péladeau... (Photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Après seulement une semaine en politique active, Pierre Karl Péladeau ferait aussi bien que Pauline Marois s'il était à la tête du Parti québécois (PQ). Et le patron de presse devancerait déjà ses camarades du Conseil des ministres dans le coeur des Québécois.

Dans son enquête de mars, la maison CROP a voulu jeter un peu de lumière sur la perception des Québécois devant le choix surprenant de cette personnalité fascinante. Tout le Québec a bougé quand il a annoncé qu'il devenait candidat péquiste, il y a neuf jours - pas moins de 86% des gens savaient qu'il avait atterri dans le paysage politique. Pierre Karl Péladeau est devenu un acteur important, «mais ce n'est pas un sauveur», observe Youri Rivest, vice-président de CROP.

Le Parti libéral de Philippe Couillard dépasse de trois points le PQ de Pauline Marois dans les intentions de vote. Si Pierre Karl Péladeau prenait la barre du PQ, sa performance serait identique, observe CROP: le Parti libéral du Québec (PLQ) resterait à trois points de plus, à 31% contre 28% pour un PQ dirigé par le patron de Québecor.

Pour un néophyte en politique, le résultat est étonnant. Élu depuis 2007, Bernard Drainville ferait 22% contre le PLQ. La cuvée de 2012 ferait moins bien - Jean-François Lisée, 20% et Pierre Duchesne, 17%.

Renoncer à Québecor

Devant le débat lancé par le baron de la presse, déterminé à conserver la direction de Québecor même si ses actions sont dans une fiducie sans droit de regard, les Québécois sont partagés. En effet, 45% pensent qu'il devrait «renoncer à être propriétaire de Québecor Média», et ainsi se départir de ses actions. Inversement, 32% des gens n'y voient pas de problème et 23% des répondants n'ont pas d'opinion. Même un électeur péquiste sur quatre (24%) estime que la propriété d'un empire de presse est incompatible avec la carrière de politicien au Québec.

Caquistes séduits

CROP teste la popularité des jeunes candidats du PQ auprès des électeurs des autres partis. Chez les péquistes, Drainville, Lisée et Péladeau font recette avec respectivement 95%, 93% et 89% d'opinion favorable. Lisée est de loin plus populaire que ses pairs chez les anglophones, avec 53% d'opinion favorable - Drainville et Péladeau obtiennent respectivement 34 et 29%. Pierre Karl Péladeau paraît séduire les partisans de la CAQ: 63% ont en effet une bonne opinion de lui, «mais ce sont avant tout des fédéralistes», prévient Youri Rivest, qui ne voit guère de transferts possibles à la suite de l'arrivée de M. Péladeau dans la campagne.

Péladeau, le plus connu

Sur le plan de la notoriété, le patron de presse est de loin le plus connu. Ainsi, 73% des gens disent connaître le nouveau candidat péquiste de Saint-Jérôme; la quasi-totalité des électeurs péquistes (87%) mettent un nom sur son visage. Bernard Drainville est connu de 51% des électeurs et de 65% des péquistes. Pour Jean-François Lisée, on descend à 45% des électeurs et à 59% des péquistes.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer