Analyse

Marois doit redresser la barre

Le premier tiers de la campagne électorale est derrière elle. Et Pauline Marois... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le premier tiers de la campagne électorale est derrière elle. Et Pauline Marois est dans une situation difficile, si on observe la tendance illustrée par le dernier sondage Léger. La chef péquiste doit rapidement faire un geste d'éclat susceptible de rebrasser les cartes, freiner la lente hémorragie des électeurs caquistes vers le Parti libéral du Québec (PLQ).

Elle pensait probablement que l'irruption de Pierre Karl Péladeau dans la campagne électorale ferait l'affaire. Mais tout en donnant une caution de poids au programme économique du Parti québécois (PQ), le patron de presse a eu un effet imprévu: envoyer la campagne de Mme Marois directement dans les eaux, turbulentes, du débat national. Dans sa chronique dans les journaux de Québecor, samedi, Jacques Parizeau applaudissait à l'idée que la souveraineté revienne au centre de la campagne. Sans un seul bon mot pour la chef du parti.

Comme si elle était convaincue que les électeurs veulent entendre parler jusqu'à plus soif du débat constitutionnel, Pauline Marois réclamait samedi à son adversaire Philippe Couillard qu'il déclenche lui aussi un référendum. On se demande où est son plan de match du 5 mars - elle avait lancé la campagne sans un seul bon mot pour le projet souverainiste.

Dans le sondage publié samedi par Le Devoir et The Globe and Mail, les courbes sur l'évolution des intentions de vote sont éloquentes. La montée du PQ amorcée en décembre, selon Léger, paraît s'essouffler, arrivée à 37%. Le PLQ est au même point, 37%, mais la tendance paraît plutôt favorable depuis le début de l'année.

Pour la Coalition avenir Québec (CAQ), la glissade s'était amorcée en décembre. Avec trois semaines de campagne à venir, elle n'augure rien de bon pour François Legault.

L'avance du PQ chez les francophones reste importante - 17% -, mais elle diminue de quatre points par rapport à l'enquête précédente de la même maison.

La souveraineté en jeu

Volontairement ou non, Pauline Marois a mis la souveraineté au centre de sa campagne; cela a plu à Jacques Parizeau et aux péquistes déjà convaincus - le PQ a le vote le plus solide: 79% de ses appuis sont indéfectibles. Mais avec cette stratégie, elle pose elle-même une limite à sa croissance potentielle. La souveraineté est autour de 40%; envoyez quelques points à Québec solidaire et vous retrouvez les 37% du PQ. Ce score n'est pas très loin de son taux de satisfaction d'avant le déclenchement de la campagne. Le PQ est donc bien près de son plafond.

Dans l'autre camp, Philippe Couillard a aussi 37% d'appuis pour l'instant. Mais l'effritement rapide du vote de la CAQ - 47% des électeurs sont encore susceptibles de changer d'idée - procure au PLQ un potentiel de croissance important. En fait, 43% des caquistes opteraient pour le PLQ comme deuxième choix et seulement 17% pourraient passer au PQ, selon le même sondage.

Lutte à deux ou à trois?

Le Québec a connu dans un passé récent des élections générales débutant à trois et finissant à deux. En 2003, le gouvernement Landry affichait un remarquable taux de satisfaction, à 53%, même si les intentions de vote n'étaient que de 30%. Dans une course à trois, la partie est «jouable», mais tout bascule quand elle devient un duel.

Et c'est ce qui est arrivé. À compter du moment où Jean Charest a présenté son équipe économique, avec les recrues Yves Séguin et Michel Audet, ainsi que la députée Monique Jérôme-Forget, les électeurs préoccupés par l'équilibre budgétaire et la dette ont commencé à abandonner l'Action démocratique. La partie venait de changer. Quand Jean Charest a sorti un lapin de son chapeau en citant approximativement Jacques Parizeau lors du débat, l'affaire était entendue.

D'autres violents coups de barre pour retrouver le cap?

En 1995, avec une campagne en panne, les souverainistes avaient subitement mis Lucien Bouchard plutôt que Jacques Parizeau dans le siège du conducteur. Avec le père du «virage du partenariat», on partait à la récolte des électeurs moins souverainistes.

En 2002, le PLQ avait perdu quatre partielles de suite et tous les voyants clignotaient sur le tableau de bord de Jean Charest. Resté au boulot tout l'été, il a lancé les dés en publiant son programme électoral plusieurs mois avant les élections.

En 1992, le camp fédéraliste ne voulait pas défendre l'entente de Charlottetown avant qu'on ait complété les «textes légaux». Sans attendre, les souverainistes ont diffusé une entente «annotée», mettant en relief les lacunes du texte négocié par le gouvernement Bourassa.

Un électrochoc nécessaire

Que reste-t-il à Mme Marois pour secouer l'imaginaire des électeurs? Promettre un superministère économique à Pierre Karl Péladeau? S'engager à accepter les amendements proposés par la Coalition avenir Québec au projet de charte de la langue? Annoncer un conseil de la laïcité avec Djemila Benhabibet Fatima Houda-Pepin aux commandes?

Mme Marois aimait les allégories de football quand Joseph Facal les lui soufflait. Elle a besoin maintenant d'un percutant botté de dégagement. La cause est entendue; elle a tous les souverainistes avec elle. Ce n'est pas en tentant d'empêtrer Philippe Couillard avec un éventuel référendum fédéraliste que les autres seront «fédérés», justement.

Partager

publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer