Québec solidaire veut abolir plusieurs hausses de tarifs

Françoise David, co-porte-parole de Québec solidaire.... (Photo Érick Labbé, le Soleil)

Agrandir

Françoise David, co-porte-parole de Québec solidaire.

Photo Érick Labbé, le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Afin de contrer l'endettement accru des ménages, Québec solidaire propose d'annuler les hausses des tarifs d'électricité ou d'une place en garderie, mais aussi d'éliminer entièrement la taxe santé.

« Les gens sont au bout du rouleau. Les revenus stagnent et la hausse du salaire minimum a été assez modeste ces dernières années. Il faut cesser d'en ajouter sur les épaules des jeunes familles », a dit vendredi matin Alexandre Leduc, candidat pour la formation souverainiste dans la circonscription d'Hochelaga-Maisonneuve. 

Selon M. Leduc, qui était accompagné lors d'un point de presse de la co-porte-parole du parti, Françoise David, la hausse prévue du tarif pour une place en garderie représenterait 1000 $ de plus annuellement pour une famille de deux enfants. 

« Les gouvernements précédents ont augmenté plusieurs tarifs et ça touche particulièrement les travailleurs à faible revenu. Abolir certaines hausses est un début pour contrer l'endettement des ménages », a expliqué Mme David.

Transport en commun plus accessible 

Québec solidaire propose d'investir dans l'électrification des transports en commun et s'inquiète de l'augmentation du tarif mensuel à la Société de transport de Montréal (STM).

« Ça n'a pas de bon sens de monter continuellement la carte mensuelle. Qui doit payer (la réfection des infrastructures vieillissantes)? L'État. C'est l'État qui doit investir massivement », dit Mme David. 

Lorsque questionnée par La Presse à savoir si la STM devait instaurer un tarif social pour les personnes à faible revenu, la co-porte-parole du parti a rappelé que son parti visait la gratuité pour tous.

Les tarifs d'électricité sont aussi dans la mire du parti, mais les moduler en fonction des revenus des ménages n'est pas une option envisagée.

« On est en surplus d'électricité, on ne peut pas dire qu'on en manque. Ce qu'il faut faire, c'est garder les tarifs d'électricité bas pour tout le monde. Ensuite, il faut un chantier d'efficacité énergétique, par exemple. Il faut remettre les bâtiments publics aux normes et arrêter de chauffer l'extérieur », a dit Mme David. 

La bataille pour HoMa 

La circonscription d'Hochelaga-Maisonneuve est une cible pour Québec solidaire, qui voudrait bien que d'autres candidats se joignent à Françoise David et Amir Khadir sur les bancs de l'Assemblée nationale le 7 avril prochain. 

Alexandre Leduc, historien et conseiller syndical à l'Alliance de la fonction publique du Canada, se présente ici pour une deuxième élection consécutive. Il espère déloger la députée du Parti québécois Carole Poirier, qui a succédé à Louise Harel dans ce giron péquiste en 2008.

« Depuis qu'elle est en fonction, les gens d'Hochelaga-Maisonneuve ont été appauvris par les (hausses de plusieurs tarifs). Il y a moins d'argent dans les poches des familles », déplore M. Leduc. 

« Vous n'êtes aussi pas sans savoir que trois écoles (du quartier) sont fermées à cause de moisissures. (...) Ça a pris 14 mois entre l'arrivée au pouvoir du PQ et l'annonce d'une subvention pour l'école Baril. On attend encore des nouvelles pour les autres écoles », déplore-t-il. 

Lors du dernier scrutin, le candidat solidaire a terminé en deuxième position, récoltant 24% des voix. La députée péquiste a quant à elle été élue avec une grande avance, terminant avec 45% des voix.




publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer