La CAQ veut «moderniser» la culture syndicale

François Legault... (Photo Le Soleil)

Agrandir

François Legault

Photo Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le chef caquiste François Legault s'est attiré les foudres des syndicats, aujourd'hui, en proposant de leur interdire de dépenser un seul sou pour des causes politiques qui ne sont pas directement liées aux conditions de travail.

M. Legault propose aussi la publication obligatoire des états financiers de toutes les organisations syndicales, ainsi que le vote secret pour l'accréditation de chaque nouvelle unité. Certaines des mesures proposées ont déjà été portées par le Parti conservateur du Canada sur la scène fédérale.

«Ce qu'on souhaite essentiellement, c'est que l'intimidation, le secret et la contrainte ne fassent plus partie des façons de faire de certains candidats», a-t-il dit dans le cadre d'une conférence de presse organisée à Québec.

«Je lance un appel aux syndicats: démocratisez-vous !», a ajouté François Legault via un communiqué de presse.

«Antisyndicalisme primaire»

La CSN a rapidement dénoncé les propositions de la Coalition avenir Québec.

Il s'agit d'une « tentative vaine et désespérée pour ne pas disparaître de la scène politique», a affirmé le syndicat.

Jacques Létourneau, qui préside la centrale syndicale, parle même d'«antisyndicalisme primaire». Il a souligné que les états financiers de la CSN sont déjà publics.

Le leader syndical en a aussi contre la volonté de réduire le champ d'action des syndicats en leur interdisant de diriger des fonds vers d'autres causes politiques.

«Réduire ces droits essentiels équivaut directement à restreindre la capacité des travailleuses et des travailleurs à améliorer leur sort », a fait valoir M. Létourneau.

«Pas acceptable»

Les travailleurs syndiqués n'ont pas tous les mêmes opinions politiques et ne veulent pas voir leurs associations prendre position dans les débats qui ne les concernent pas directement, a argué M. Legault.

«Les cotisations syndicales récoltées en vertu de la formule Rand ne devraient pas être utilisées pour des manifestations sans lien avec les conditions de travail, a-t-il dit. Que ce soit utilisé pour aider les étudiants à manifester, que ce soit utilisé pour payer des pancartes, du monde et des lignes téléphoniques au PQ, ce n'est pas acceptable. »

Quant au vote secret sur l'accréditation, «il n'y a aucun argument qu'on peut invoquer» contre cette idée. «C'est comme si le 7 avril prochain, il fallait voter à main levée.»

Le chef caquiste a profité de sa conférence de presse sur le monde syndical pour accuser Pierre Karl Péladeau de s'être prononcé en faveur de l'abolition de la Formule Rand.

En anglais, il a aussi qualifié «d'erreur de jugement» la façon dont l'homme d'affaires a été recruté par Pauline Marois.

François Legault passera la journée de mardi en Beauce et doit rentrer à Québec en soirée.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer