Stephen Harper ne viendra pas aider Jean Charest

Stephen Harper... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Stephen Harper

La Presse Canadienne

Partager

Andy Blatchford
La Presse Canadienne
Montréal

Alors que Jean Charest lutte pour maintenir sa vie politique à flot, il ne doit pas s'attendre à ce que Stephen Harper ne lui vienne en aide, selon un ancien stratège du premier ministre conservateur.

Tom Flanagan croit que M. Harper n'a toujours pas digéré l'affront que lui a fait subir M. Charest la dernière fois qu'il lui a prêté main-forte lors des élections de 2007 au Québec.

Dans les jours précédant le scrutin, Stephen Harper avait décidé d'augmenter les transferts fédéraux destinés à la province et de lui verser 2,3 milliards de dollars.

Le leader libéral avait profité de cette manne pour annoncer des réductions d'impôt de 700 millions, insufflant juste assez de vie à sa campagne moribonde pour former un gouvernement minoritaire.

Le geste avait surpris Ottawa puisqu'il contredisait le principal argument en faveur de la hausse des transferts, soit que les provinces qui les reçoivent n'auraient pas les moyens de fournir certains services sans ce montant supplémentaire.

Les autres premiers ministres provinciaux s'étaient aussi sentis lésés et avaient accusé M. Harper d'essayer d'acheter des votes au Québec.

Et qu'est-ce que le premier ministre conservateur a eu en échange de l'aide accordée aux libéraux de Jean Charest en 2007? «Un coup de pied dans les dents», affirme M. Flanagan.

Selon lui, non seulement le premier ministre québécois n'a jamais remis la pareille à Stephen Harper, mais il a aussi attaqué les conservateurs à plusieurs reprises au sujet de leurs politiques, notamment dans les domaines de la criminalité et de l'environnement.

Tom Flanagan cite en exemple l'intervention de M. Charest durant la campagne fédérale de 2008 pour critiquer les coupes d'Ottawa dans les programmes culturels.

Même si le montant en jeu était relativement modeste, cette décision n'avait pas la faveur des Québécois et leur premier ministre en a profité pour joindre les rangs des détracteurs du gouvernement Harper.

Les conservateurs ont par la suite perdu beaucoup de terrain au Québec, où ils ne détiennent plus que cinq sièges et où leur chef demeure très impopulaire.

«Saboter une campagne politique n'est pas une preuve de bonne foi. Ce serait quelque chose que je ne pardonnerais jamais et pour laquelle je chercherais à me venger si j'étais un politicien», soutient M. Flanagan, qui a été le chef de cabinet de M. Harper jusqu'en 2004 et qui enseigne maintenant la politique à l'Université de Calgary.

Jean Charest pourrait même ne pas être le premier choix de Stephen Harper dans la course, avance Tom Flanagan, qui pense que le leader de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, pourrait concurrencer son homologue libéral dans les bonnes grâces du premier ministre conservateur.

«C'est difficile de savoir où se situe vraiment M. Legault. Il a souvent changé de position et, bien sûr, il a déjà été souverainiste, indique M. Flanagan. Mais il prône la rationalité sur le plan économique, ce qui pourrait certainement plaire à M. Harper. Alors, je crois que ce serait très prometteur si François Legault gagnait.»

Le Bureau du premier ministre a refusé de commenter les propos de Tom Flanagan, mais un porte-parole a souligné que l'ancien stratège n'était plus très au fait de ce qui se passait dans le parti.

«Cela fait des années qu'il n'est plus là, pratiquement depuis que les conservateurs forment le gouvernement», a fait valoir Andrew MacDougall dans un courriel.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer