Françoise David s'illustre dans un débat sans vainqueur

Partager

Denis Lessard
La Presse

Les échanges ont été animés, intenses, les chefs combatifs, mais personne n'est allé au plancher. Le premier des débats télévisés entre les chefs des partis s'est terminé sans vainqueur. Pauline Marois, première dans les sondages, a été souvent la cible de ses adversaires - de François Legault surtout, qui a maintes fois réclamé des précisions sur les engagements de son ancienne collègue.

C'est peut-être Françoise David, de Québec solidaire, qui a le plus gagné de l'affrontement d'hier. Avec aplomb et calme - sans jamais subir les attaques des autres, il faut le dire-, elle a pu longuement expliquer la plateforme de son jeune parti. En fin de parcours, elle a rappelé stratégiquement son espoir d'être élue dans Gouin.

Quant à Pauline Marois, elle a fait un parcours sans faute. On s'attendait à ce qu'elle joue de prudence pour protéger son avance dans les sondages; or, à maintes reprises, elle a mis les gants de boxe. À la clôture, toutefois, elle a joué la carte de «la conviction», démontrée par son long parcours.

D'entrée de jeu, François Legault a paru le plus agressif. Il a exigé que son ancienne collègue Pauline Marois précise ses intentions sur les redevances des ressources naturelles, sur le nombre de médecins de famille, sur un référendum sur la souveraineté, même sur l'exportation de l'amiante. L'ancien ministre péquiste a vivement répliqué à Mme Marois, qui l'accusait d'avoir fait volte-face sur la souveraineté. «Vous n'avez pas le monopole de l'amour de notre langue et du Québec!», lui a-t-il lancé après l'avoir accusée de laisser aux orthodoxes indépendantistes le choix de déclencher un référendum par initiative populaire. «Vous avez été souverainiste pendant 40 ans, et vous avez pris 4 secondes pour changer d'idée», lui a lancé M. Charest. «J'ai cheminé comme beaucoup de Québécois, qui disent: "Arrêtons la chicane." Même votre ministre des Finances [Raymond Bachand] a fait la même chose», a répliqué François Legault.

Jean Charest semble avoir mis du temps à se mettre en branle et affichait souvent un sourire étonnant quand ses adversaires se crêpaient le chignon. Mais il a marqué des points avec quelques salves, sur le financement du Parti québécois ou les compressions de Lucien Bouchard en santé - des occasions où il pouvait tirer en même temps sur ses deux adversaires. «C'est fascinant de voir les deux ministres qui ont charcuté le système de santé», a-t-il dit avec ironie.

Il avait passé les derniers jours à réduire les attentes, une bonne stratégie: perçu comme le débatteur le plus expérimenté, il n'est pas parvenu à terrasser ses adversaires, hier. Mais en dépit de son passif - les neuf ans de pouvoir, la controverse autour de la corruption, l'augmentation de la dette et la crise étudiante-, il n'a pas été désarçonné par les tirs croisés de ses adversaires.

François Legault, lui, s'est fait attaquer de toutes parts, surtout quand il a dit qu'il n'y aurait pas d'entente avec quiconque si son parti formait un gouvernement minoritaire. Jean Charest l'a accusé de faire fi de la volonté des Québécois. Pour la CAQ, «il n'y aurait aucune alliance, ni avec le PLQ, corrompu ni avec le PQ, attaché aux syndicats». «On va respecter la volonté de tout le monde, le 4 septembre, pas seulement ceux qui portent le carré rouge», a répondu M. Charest. Curieusement, le conflit étudiant du printemps et les débordements de violence ont à peine été évoqués, hier soir.

Le ton a vite monté quand M. Charest a accusé le comptable Legault de ne pas savoir compter. François Legault a dû reconnaître que l'emploi a augmenté et que les impôts ont diminué, mais il a affirmé que, lorsqu'on le compare aux autres provinces, le Québec fait toujours piètre figure. «On marche pendant que les autres courent», a-t-il lancé. Le Québec est passé du quatrième au neuvième rang au Canada, juste devant l'Île-du-Prince-Édouard, a rappelé M. Legault.

M. Legault semblait plus tendu - il en était à son premier débat-, mais il a été le plus combatif et a multiplié les questions à ses adversaires. Pauline Marois l'attendait au détour et l'a accusé de proposer la «pensée magique» aux électeurs - une stratégie de compressions de dépenses, précisément ce qu'il reprochait à l'ancienne ministre Monique Jérôme-Forget. Selon Jean Charest, M. Legault ne peut expliquer comment il fera autant d'économies et supprimera autant d'emplois sans réduire les services aux contribuables.

Au sujet de l'intégrité, Jean Charest devait s'attendre aux critiques les plus dures, et elles sont venues. Pauline Marois et François Legault ont maintes fois taxé le gouvernement libéral de corruption et promis de faire le ménage s'ils sont élus. Mme Marois a rappelé que les amis de l'ex-ministre Tony Tomassi, contributeurs libéraux, avaient eu droit à des permis de garderie. Mais Jean Charest a fait coup double en évoquant le rapport Moisan, publié en 2006, qui avait soutenu que le PQ avait été financé par des prête-noms. Il a même promis de mettre en ligne le fameux rapport. Mme Marois s'est rebiffée. «C'est faux!», a-t-elle martelé.

Plus tard, elle a souligné qu'aucun contrat n'avait été attribué à Groupaction, la firme-vedette de la commission Gomery. Mais Jean Charest lui a alors rappelé qu'une adolescente avait contribué pour 2500$ à sa campagne à la direction de 2005.

Ici, François Legault a martelé que la CAQ avait les mains libres et propres. Il a soutenu que, comme ministre péquiste, il n'avait été témoin d'aucun geste illicite pour le financement du parti. François Legault a mis sur la table son équipe d'incorruptibles, avec en tête l'ancien policier Jacques Duchesneau. Jean Charest est revenu à la charge: la CAQ demande 100$ pour «observer» François Legault, mais 500$ pour lui parler dans un cocktail. Les candidats doivent aussi trouver 25 000$ de financement. Le chef caquiste a toutefois soutenu que jamais ces dons ne commanderaient de décisions de son gouvernement.

En ce qui a trait à la santé, Mme Marois a accusé François Legault de faire la même promesse que Jean Charest en 2003 - promesse non tenue. Après neuf ans, le temps d'attente aux urgences a augmenté d'une heure en moyenne, a-t-elle soutenu. M. Charest a répliqué que les cas de cancer attendaient désormais moins de quatre semaines, alors que Mme Marois avait été forcée d'envoyer des patients aux États-Unis pour qu'ils soient traités à temps.

En ce qui concerne les ressources naturelles, Pauline Marois a précisé que la moitié des redevances iraient à la lutte contre la pauvreté. La CAQ de M. Legault propose de tout utiliser pour le remboursement de la dette. Agressif, M. Legault s'est fait rappeler à l'ordre quand il a longuement insisté pour dire que la chef péquiste «a un problème d'équité» et que «sa solution est gênante pour nos petits-enfants!»

En ce qui a trait à la dette, Mme Marois s'est tournée vers Jean Charest. Son gouvernement est responsable du tiers de la dette, 8000$ par Québécois de 0 à 100 ans, a-t-elle lancé. Jean Charest a rappelé que, en 2009, Mme Marois et M. Legault - alors au PQ - lui avaient demandé de faire un plus gros déficit. La dette au Québec a augmenté bien moins vite que dans le reste du pays ou aux États-Unis, a-t-il fait valoir.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer