Après les fédéralistes fatigués, Marois courtise les anglophones

«L'élection n'est pas un référendum (sur la souveraineté)»,... (Photo Clément Allard, La Presse Canadienne)

Agrandir

«L'élection n'est pas un référendum (sur la souveraineté)», a rappelé Pauline Marois aux anglophones.

Photo Clément Allard, La Presse Canadienne

Paul Journet
La Presse

(Québec) Après avoir courtisé les «fédéralistes fatigués» mercredi, Pauline Marois a lancé ce matin à Québec un appel aux anglophones et allophones.

Un sondage de la Gazette révélait ce matin que 72% des anglophones croient qu'il n'existe pas pour eux de solution de rechange aux libéraux. «L'élection n'est pas un référendum (sur la souveraineté)», leur a-t-elle rappelé. Ce serait plutôt un référendum sur le gouvernement Charest. Et tous ceux qui veulent un gouvernement «honnête» devraient opter pour le Parti québécois. Elle s'est adressée particulièrement aux non-francophones plus à gauche. «Beaucoup d'anglophones croient à nos politiques sociales», dit-elle.

Mme Marois les invite à choisir un bon gouvernement le 4 septembre. La question nationale ne se poserait que plus tard. Mais elle refuse de dire quand. «Je ne peux pas leur dire (que je ne ferai pas de référendum dans un premier mandat)», a-t-elle d'ailleurs avoué.

Elle a déjà dit souhaiter que le référendum se fasse dans un premier mandat. Sa seule promesse reste toutefois de «ne pas en faire en cachette». Les Québécois seront prévenus à l'avance de cette démarche.

Le PQ propose de renforcer la Loi 101 pour l'appliquer aux cégeps, aux écoles professionnelles et aux écoles pour adultes. Il veut aussi interdire les écoles passerelles. Mme Marois assure toutefois que le PQ a toujours respecté la communauté anglophone. «S'il y a un parti qui a toujours été respectueux (envers eux), c'est le PQ», a-t-elle dit.

La Coalition avenir Québec courtise aussi le vote anglophone. Son chef François Legault a affirmé qu'il voterait non si un référendum se déroulait dans un prochain mandat. Il a même reçu de bons mots de Robert Libman, fondateur du Parti égalité.

Le défi de Québec

Selon notre sondage CROP, les péquistes mènent dans les sondages, avec 32% des intentions de vote, devant les libéraux (29%), les caquistes (21%) et les solidaires (8%). Mais Mme Marois et ses troupes font piètre figure à Québec.

Pauline Marois n'a pas encore répondu à la liste d'épicerie du maire de Québec, Régis Labeaume. Elle promet de le faire bientôt.

La chef du PQ était de passage pour la deuxième fois en trois jours dans la circonscription de Louis-Hébert, à Québec. Le ministre sortant Sam Hamad la détient depuis 2003. Il a gagné aux dernières élections par une large avance de plus de 7000 votes.

Le dernier gouvernement péquiste détenait 10 circonscriptions sur 11 dans la Capitale-Nationale. Le parti n'en a plus que deux : Taschereau (Agnès Maltais) et Charlevoix (Mme Marois).

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer