Campagne électorale: des femmes veulent des engagements «féministes»

Alexa Conradi, la directrice de la Fédération des femmes... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Alexa Conradi, la directrice de la Fédération des femmes du Québec (FFQ).

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

La Presse Canadienne
Montréal

La Fédération des femmes du Québec profite de la Journée internationale des femmes, en ce 8 mars, pour exiger des partis politiques en campagne électorale de prendre des engagements «féministes».

Parmi les préoccupations de la Fédération, on remarque la lutte à la pauvreté, l'éducation sexuelle pour contrer la culture du viol, la conciliation travail-famille-études, l'accès aux services sociaux et aux soins de santé, la protection de l'environnement, et le respect des peuples autochtones.

Un questionnaire a été transmis aux formations politiques, et les réponses obtenues seront publiées sur le site web de l'organisme.

La Fédération des femmes du Québec entend toutefois demeurer neutre dans la présente campagne, laissant aux femmes le soin d'analyser les engagements des partis.

Selon la présidente de l'organisme, Alexa Conradi, s'il est évident que le Québec a fait de grands pas, au cours des 40 dernières années, en termes d'égalité entre les hommes et les femmes, il est tout aussi manifeste que l'égalité n'est pas une réalité pour toutes les femmes. L'accès aux services de garde, à du logement abordable et sécuritaire et à un travail non précaire pose encore des problèmes, selon elle. Les stéréotypes sexistes nécessitent également une action gouvernementale plus importante, conclut-elle.

La Fédération des femmes du Québec fait part de ses revendications dans le cadre du Groupe des 13, une coalition qui défend les droits des femmes.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer