Une autre élue quitte Union Montréal

Mary Deros et l'ancien maire de Montréal Gérald... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Mary Deros et l'ancien maire de Montréal Gérald Tremblay.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partager

Union Montréal a perdu un autre élu, et du coup un siège au comité exécutif. La conseillère du district Parc-Extension Mary Deros, qui avait hérité du dossier des communautés d'origines diverses dans la coalition du maire Applebaum, a annoncé qu'elle siégerait dorénavant comme indépendante.

Mme Deros affirme avoir été séduite par «la nouvelle façon de faire» du comité exécutif, dans lequel tous les partis ont maintenant voix au chapitre. «J'ai constaté que je pourrais mieux servir les intérêts de mes électeurs en étant Mary Deros plutôt que membre d'un parti.»

Elle qui a hérité d'un siège au comité exécutif à l'issue d'intenses négociations menées par le chef de son parti, Richard Deschamps, se défend bien d'avoir trahi sa confiance. «Ce n'était pas planifié. J'étais à ce moment-là fière de représenter mon parti.»

Il y a deux semaines, le parti de l'ex-maire Tremblay avait réussi à arracher 3 postes sur 11, des responsabilités qualifiées de «mineures» par le maire de l'arrondissement de Verdun, Claude Trudel, qui a annoncé son départ lundi dernier. Il ne lui en reste plus que deux.

Élue pour la première fois en 1998 sous la bannière de Vision Montréal, alors dirigé par Pierre Bourque, Mary Deros a assumé les responsabilités des dossiers sports, loisirs et développement social au comité exécutif. Elle s'est jointe à Union Montréal en 2007 et a fait son entrée au comité exécutif en 2009.

Née à Athènes, en Grèce, pays qu'elle a quitté à l'âge de 7 ans, elle parle couramment quatre langues - l'anglais, le français, le grec et l'arménien. Elle a travaillé pendant plus de 30 ans pour un grossiste en voyages, Tour Maison/Holiday House.

Elle est la 22e élue à quitter Union Montréal depuis la démission de Gérald Tremblay, le 5 novembre dernier. Mercredi, on a en outre appris le départ d'une conseillère d'arrondissement, Ann Guy, de Verdun.

Il y a à peine un an, le parti comptait 66 élus, conseillers de la ville et d'arrondissement confondus. Il en compte aujourd'hui 41. Au conseil municipal, Union Montréal, qui détenait la majorité absolue, ne compte plus que 21 élus sur 65. Les indépendants sont maintenant 17, tandis que l'opposition officielle, Vision Montréal, compte 15 élus.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer