Le maire de Laval fait ses demandes aux candidats

Marc Demers... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Marc Demers

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans le cadre de la campagne électorale fédérale, le maire de Laval Marc Demers a réclamé cet après-midi un engagement des partis politiques pour investir 500 000 $ dans sa ville, ce qui deviendrait un legs pour souligner le 50ème anniversaire de la création de Laval et les «340 ans d'histoire qu'elle partage avec l'ensemble du Canada».

Le gouvernement conservateur a été sollicité l'année dernière mais la demande de Laval est restée lettre morte. Du côté du gouvernement du Québec, M. Demers constate le même silence radio.

Dans la documentation remise entre autres au Parti conservateur, au Nouveau parti démocratique et au Parti libéral, on souligne que «l'absence de considération pour l'anniversaire de plus de 420 000 résidents de Laval nous laisse pantois, sinon perplexes». En conférence de presse, le maire Demers a rappelé qu'il reste encore du temps pour que le gouvernement fédéral (et provincial) se rattrape.

«Il y a plusieurs possibilités. Mais en terme d'argent, nous demandons 500 000 $ ce qui serait une contribution très modeste par rapport à la participation financière accordées à d'autres villes», a-t-il affirmé. 

La liste de projets qui ont une portée symbolique et qui pourraient bénéficier d'un soutien fédéral est longue : construction d'une fontaine devant l'hôtel de ville, transformation du vieux pénitencier de Saint-Vincent-de-Paul fermé depuis des décennies en un pôle récréotouristique, amélioration du parc dédié au 22ème Régiment, l'achat et le développement en parc du «joyau» que sont les trois grandes îles. 

Le maire Demers a également présenté d'autres dossiers pour lesquels il demande aux partis politiques de se positionner clairement. Au total, Laval réclame quelque 200 millions $ par année notamment pour combler des besoins d'infrastructures (35 millions $) et de rattraper le retard en logement social. «Laval connaît un déficit au chapitre du logement social», a noté le maire. 

De plus, il demande le rejet du projet d'implantation de l'oléoduc Énergie Est de TransCanada et que le prochain gouvernement «rappelle à l'ordre Postes Canada» qui veut installer des boîtes postales communautaires dans les vieux quartiers.

Le maire de Laval a également rappelé la position du gouvernement canadien en faveur de la réduction des gaz à effet de serre (GES) pour réclamer l'injection annuelle de 70 millions dans la Société de transport de Laval. «On respire tout ce qu'on met dans l'air», a-t-il souligné. 

Au cours de la prochaine semaine, il est prévu que le maire Demers rencontre un représentant de chacun des partis politiques.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer