Le Parti vert accuse TVA de favoriser le Bloc

La chef du Parti vert, Elizabeth May.... (PHOTO DARRYL DYCK, ARCHIVES PC)

Agrandir

La chef du Parti vert, Elizabeth May.

PHOTO DARRYL DYCK, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En excluant Elizabeth May du dernier débat de la campagne, le réseau TVA accorde un traitement de faveur au Bloc québécois, a dénoncé le Parti vert, mardi. La formation politique soupçonne ouvertement le propriétaire du réseau, Pierre Karl Péladeau, d'être à l'origine de la décision.

Stephen Harper, Thomas Mulcair, Justin Trudeau et Gilles Duceppe croiseront le fer dans le «Face à face» de vendredi soir. Ce sera le deuxième débat en français et le dernier échange avant le scrutin du 19 octobre.

Le Parti vert s'explique mal que Mme May n'ait pas été invitée, contrairement à M. Duceppe. Les verts comptaient trois députés au moment de la dissolution de la Chambre des communes, contre deux pour le Bloc québécois.

«Il n'y a aucun critère, aucune excuse, aucune explication qui a été fournie, déplore la candidate verte dans Hochelaga, Anne-Marie Saint-Cerny. À partir de ce moment-là, je suis obligée de conclure qu'il y a une forme de favoritisme des médias de Québecor pour le Bloc.»

Elle va plus loin encore: elle se demande si Pierre Karl Péladeau, l'actionnaire de contrôle de Québecor, n'est pas à l'origine de l'exclusion des verts.

«On ne veut pas faire de procès d'intention, mais il n'en reste pas moins qu'il y a une proximité manifeste et déclarée entre le Bloc et les péquistes, dit Mme Saint-Cerny. M. Péladeau est chef du PQ et il reste actionnaire de contrôle de Québecor.»

Le Groupe TVA a catégoriquement nié les allégations du Parti vert.

«Nous avons invité les chefs des partis qui ont suscité l'intérêt le plus important auprès des électeurs francophones, a indiqué son porte-parole, Jean-François Del Torchio. Par ailleurs, toute allusion à M. Péladeau est non fondée.»

M. Péladeau n'occupe aucune fonction dans la direction de Québecor depuis qu'il a été élu sous la bannière du Parti québécois l'an dernier. Début septembre, il a annoncé qu'il place ses actions dans un «mandat sans droit de regard», administré entre autres par l'ex-président du Mouvement Desjardins, Claude Béland. Il a toutefois ordonné à ses mandataires de ne pas les vendre.

M. Péladeau n'avait pas commenté les allégations du Parti vert au moment d'écrire ces lignes.

Cinquième débat

Le débat à TVA sera le cinquième dans la campagne électorale. Mme May a été invitée au premier, celui organisé par le magazine MacLeans, un échange auquel M. Duceppe n'était pas convié. 

M. Duceppe et Mme May ont été exclus du débat du Globe and Mail sur l'économie, et de celui de l'Institut Munk sur la politique étrangère.

Le Bloc québécois a fait élire quatre députés aux élections de 2011, mais n'en comptait plus que deux au déclenchement des élections. André Bellavance et Jean-François Fortin ont quitté ses rangs après l'élection de Mario Beaulieu comme chef.

Le Parti vert ne comptait qu'une députée au terme du scrutin de 2011, la chef Elizabeth May, élue en Colombie-Britannique. La formation politique a depuis accueilli deux transfuges du Nouveau Parti démocratique, le député ontarien Bruce Hyer et le député québécois José Núñez-Melo.

Au Québec, le Bloc québécois a recueilli 23% des votes aux élections de 2011, contre 2% pour le Parti vert.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer