Mulcair et Coderre s'entendent, sauf sur le niqab

Thomas Mulcair et Denis Coderre... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE)

Agrandir

Thomas Mulcair et Denis Coderre

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'entente était presque parfaite entre le chef du NPD et le maire de Montréal, les deux hommes s'étant entendus sur tous les sujets... à l'exception du port du niqab. Denis Coderre s'est opposé à ce que des femmes prêtent serment à visage couvert tandis que Thomas Mulcair juge les mesures en place suffisantes.

Le chef néo-démocrate a rendu visite au maire de Montréal qui avait invité tous les chefs de parti à le rencontrer pour discuter des enjeux prioritaires pour la métropole québécoise. Thomas Mulcair a notamment insisté sur le fait que les investissements prévus par un éventuel gouvernement NPD permettraient à Montréal de recevoir 8,7 milliards sur 20 ans en transport et en infrastructures.

La question du niqab qui s'est imposée cette semaine dans la campagne a toutefois rapidement pris le dessus à l'issue de la rencontre. Invité à se prononcer, le maire s'est clairement prononcé pour que les femmes prêtent serment à visage découvert.

«Tu deviens citoyen, alors il faut que tu te montres la face», a notamment lancé Denis Coderre. Celui-ci s'est dit convaincu que le port du niqab «n'est pas une question de religion, c'est clairement une question de culture. Le voile, ça va, tant qu'on peut voir le visage.»

Thomas Mulcair a pour sa part jugé que les mesures permettant d'identifier les femmes avant la cérémonie étaient suffisantes. 

Enjeux montréalais

Quant aux enjeux strictement montréalais, Denis Coderre s'est dit satisfait des propositions du NPD, notamment du fait que le parti propose de rendre un ministre responsable de Montréal. «Ça montre sa sensibilité quant à l'importance des municipalités», a dit M. Coderre.

Thomas Mulcair a réitéré son opposition à ce que les automobilistes aient à payer pour franchir le futur pont Champlain. «Pas question que le pont Champlain ait un péage, point à la ligne. C'est une question de justice», a-t-il dit.

Même rappel quant à son opposition à la fin de la livraison du courrier à domicile, Mulcair s'étant engagé à infirmer la décision de Postes Canada. «J'ai déjà travaillé avec Jack Layton, là c'est avec le maire Jack Hammer», a lancé à la blague. Il a assuré qu'avec un gouvernement du NPD, Denis Coderre n'aurait pas besoin de ressortir son marteau-piqueur.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer