La Saskatchewan souhaite une réduction de la péréquation

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall.... (Photo Liam Richards, La Presse canadienne)

Agrandir

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall.

Photo Liam Richards, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, souhaite une réduction des paiements de péréquation - le programme fédéral qui distribue 17 milliards $ par année aux provinces les moins nanties pour qu'elles puissent offrir à leurs citoyens les mêmes services que les provinces plus riches.

Selon M. Wall, la campagne électorale fédérale offre une belle occasion de discuter de scénarios différents - par exemple: réduire de moitié les paiements directs aux provinces, et consacrer plutôt ces sommes aux infrastructures ou aux baisses de l'impôt fédéral.

M. Wall, du Parti saskatchewanais (centre droit), estime aussi que le programme fédéral est trop généreux pour les provinces productrices d'hydroélectricité comme le Québec et le Manitoba, car le calcul de la péréquation ne tient pas suffisamment compte des revenus d'exploitation de ce secteur, selon lui.

Le principe de péréquation, inscrit dans la Constitution canadienne, permet de «donner aux gouvernements provinciaux des revenus suffisants pour les mettre en mesure d'assurer les services publics à un niveau de qualité et de fiscalité sensiblement comparables» (article 36).

La Saskatchewan a reçu des paiements de péréquation jusqu'en 2008. Aujourd'hui, la province se tire très bien d'affaire grâce au pétrole et au gaz, à la potasse, à l'uranium et à l'or, notamment, en plus des secteurs traditionnels de l'agriculture et des forêts.

Le premier ministre Wall admet que peu de gens souhaitent habituellement rouvrir le débat sur la péréquation, mais qu'une campagne électorale fédérale offre une belle occasion d'en discuter ouvertement.

«C'est beaucoup d'argent qui sort d'une manière qui semble dépassée et pas toujours efficace, et les dépenses en infrastructure et les baisses d'impôt pourraient être une meilleure option», a dit M. Wall.

«Imaginez ce que 8,5 à 9 milliards $ de plus en argent du fédéral pourraient signifier en termes d'infrastructure nationale, a poursuivi le premier ministre de la Saskatchewan. Peut-être que les Canadiens préféreraient voir un partage entre les investissements en infrastructure et des réductions d'impôt viables et permanentes pour construire l'économie.»

Le premier ministre néo-démocrate du Manitoba, Greg Selinger, a répondu, mercredi, en soulignant que la Saskatchewan avait bénéficié du programme de péréquation jusqu'en 2008, avant que la province ne fasse des gains grâce en partie à l'augmentation des revenus miniers et de l'énergie.

«Cela leur a permis de scolariser leurs citoyens. Cela leur a permis de construire des hôpitaux, des écoles et des routes, et d'autres provinces devraient pouvoir en bénéficier de la même façon que la Saskatchewan», a rétorqué M. Selinger.

M. Selinger a aussi fait remarquer que M. Wall avait joint sa voix à celles d'autres premiers ministres pour appeler à une augmentation d'autres paiements de transfert du fédéral, comme pour les soins de santé.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer