Option nationale investit le Bloc

Le chef bloquiste Gilles Duceppe s'est adressé aux... (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

Agrandir

Le chef bloquiste Gilles Duceppe s'est adressé aux médias hier matin à Vaudreuil. Il était entouré de Claude DeBellefeuille et de Vincent François, deux candidats de son parti qui ne proviennent pas d'Option nationale.

PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus du quart des candidats bloquistes investis en vue des élections du 19 octobre proviennent d'Option nationale, une proportion qui n'inquiète pas Gilles Duceppe.

Même si leur parti provincial a recueilli 0,73% des voix en 2014, ces souverainistes pressés ne risquent pas d'effrayer les nationalistes mous que le Bloc québécois veut reprendre au NPD et aux conservateurs, selon le porte-parole du nouveau chef.

Au total, 11 candidats des 41 candidats du Bloc se sont déjà portés candidats ou publiquement affichés comme militants d'Option nationale (ON), selon un décompte effectué par La Presse. Même le numéro 2 du jeune parti souverainiste, le président de son «conseil national», est sur les rangs bloquistes.

Ces candidats représentent «une force» pour la formation politique fédérale, a fait valoir Mathieu St-Amand, responsable des communications de Gilles Duceppe. «La plupart sont des jeunes. Ils travaillent leur terrain, ils travaillent pour les Québécois. Ce n'est pas une faiblesse.»

Au Bloc, «il y a des membres du PQ, des gens d'Option nationale, de Québec solidaire et même une candidate qui vient de la défunte ADQ», a ajouté M. St-Amand. «C'est une coalition de gens pour lesquels c'est le Québec d'abord, le Québec tout le temps.»

Au total, sept candidats bloquistes portaient les couleurs d'Option nationale en 2014, cinq lors du scrutin de 2012. Michel Boudrias, candidat du Bloc dans Terrebonne, se qualifie plutôt de «membre fondateur» du parti aux côtés de Jean-Martin Aussant, alors que Philippe Cloutier, candidat dans Longueuil-Charles-Lemoyne, s'est présenté à une investiture d'Option nationale.

Le chef d'ON se réjouit

Sol Zanetti, successeur de Jean-Martin Aussant, s'est réjoui de voir autant de ses militants investir le Bloc québécois.

«Je pense que ça s'est fait avec le changement de cap idéologique qui s'est passé avec l'arrivée de Mario Beaulieu au Bloc québécois. Quand il est arrivé, ce qu'il a fait - et ce pour quoi les membres du Bloc l'ont élu -, c'est un retour encore plus fort à la promotion de l'indépendance», a analysé M. Zanetti. Il a indiqué ne pas avoir personnellement poussé les gens d'ON à rallier l'équipe du Bloc.

Selon lui, Gilles Duceppe saura profiter de l'énergie et de la jeunesse de ces candidats. Le Gilles Duceppe de 2015 n'est pas le Gilles Duceppe de 2011. «Ce que je constate depuis le retour de Gilles Duceppe, c'est que le cap a été maintenu sur la promotion de l'indépendance, a affirmé M. Zanetti. M. Duceppe sent dans le mouvement indépendantiste en général, depuis un an, un désir [...] de revenir à un discours indépendantiste plus assumé. Et il a derrière lui le mouvement qu'il faut pour aller dans cette direction.»

Même son de cloche du côté de Jocelyn Beaudoin, candidat bloquiste dans Shefford et numéro 2 d'ON.

«Le Bloc québécois fait la promotion de l'indépendance, Option nationale aussi. Le PQ avec M. Péladeau en parle énormément aussi, donc notre discours ne change pas»,

a-t-il affirmé en entrevue avec La Presse. Il s'est dit particulièrement enthousiasmé par un sondage Léger du printemps plaçant l'appui à la souveraineté à 42%. «Si le Bloc va chercher cette frange-là de la population, le Bloc va avoir 40 ou 50 sièges. Ça, c'est excellent», a dit M. Beaudoin. «Le public du Bloc québécois, c'est ce 42%-là.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer