Duceppe confiant d'avoir 70 candidats d'ici 10 jours

Devant la baie de Vaudreuil, Gilles Duceppe a... (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

Agrandir

Devant la baie de Vaudreuil, Gilles Duceppe a voulu dénoncer ce matin la position de ses adversaires sur le tracé de l'oléoduc Énergie Est.

PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Le Bloc québécois aura recruté plus de 70 candidats d'ici dix jours, a assuré son chef, Gilles Duceppe, qui se trouvait mardi matin à Vaudreuil où il s'est prononcé contre le projet d'oléoduc Énergie Est de l'entreprise Transcanada.

S'il ne comptait que 41 candidats au déclenchement de la campagne, M. Duceppe se dit convaincu qu'à terme, il y en aura un pour chacune des 78 circonscriptions du Québec.

Idem pour l'argent. Son parti a les reins assez solides pour faire une belle campagne. «Je prends l'avion demain (mercredi) en direction des Îles-de-la-Madeleine», a-t-il dit pour illustrer son propos.

Devant la baie de Vaudreuil, M.Duceppe a voulu dénoncer la position de ses adversaires sur le tracé de l'oléoduc Énergie Est.

Il a particulièrement attaqué le NPD qui, à son avis, tient un double discours selon qu'il s'adresse à des électeurs de l'ouest ou du Québec. «Au Canada, il dit qu'il est pour Énergie Est. Au Québec, il dit qu'il est contre ce projet. (...) Thomas Mulcair doit dire la vérité, en anglais et en français. Le Québec a droit à une réponse claire. Il a 76 jours pour y penser.»

M. Duceppe demande dans le même souffle au chef libéral Justin Trudeau de se commettre.

Au moins, Stephen Harper est clair là-dessus, a poursuivi M. Duceppe, qui a fait valoir les risques environnementaux d'un tel projet (évoquant la tragédie du Lac-Mégantic) et le fait que le pétrole ne sera pas raffiné ici.

«Ce qui se passe au Québec doit être décidé au Québec, par l'Assemblée nationale. Pas à Calgary, à l'Office national de l'énergie.»

En guise de réplique, Thomas Mulcair, qui était de passage au Québec, a déclaré qu'un tel projet d'oléoduc devra être précédé « d'un système crédible et complet d'évaluation environnemental. (...) Mais l'idée d'emmener du pétrole d'ouest en est peut accomplir quelque chose de positif. Par exemple, ça pourrait remplacer les superpétroliers qui sillonnent le Saint-Laurent tous les jours».

L'oléoduc Énergie Est est un projet de pipeline de 4 600 kilomètres qui transporterait environ 1,1 million de barils de pétrole par jour de l'Alberta et de la Saskatchewan vers les raffineries de l'Est du Canada, en passant par le Québec.

- Avec la collaboration de Philippe Teisceira-Lessard

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer