Le CPE Guy-Favreau, qui était menacé de fermeture, est sauvé

Le CPE du Complexe Guy-Favreau se retrouvait devant... (SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le CPE du Complexe Guy-Favreau se retrouvait devant un avenir incertain après 2018, à cause d'un loyer qui était passé de 0 $ à 190 000 $.

SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Le CPE du principal édifice fédéral à Montréal, le Complexe Guy-Favreau, qui risquait la fermeture à cause d'un loyer qui était passé de 0 $ à 190 000 $ par année, n'est plus menacé. Il vient d'obtenir l'aide financière dont il avait besoin, assurant ainsi son avenir à court et moyen termes, a appris La Presse canadienne.

Il faudra toutefois trouver une solution à plus long terme.

Une longue bataille pour assurer la survie de ce Centre de la petite enfance en milieu de travail a été menée par les parents, le conseil d'administration du CPE, appuyés par l'Alliance de la fonction publique du Canada, le grand syndicat pancanadien de fonctionnaires fédéraux, affilié à la FTQ au Québec.

Le CPE du Complexe Guy-Favreau se retrouvait devant un avenir incertain après 2018, à cause d'un loyer qui était passé de 0 $ à 190 000 $. Après maintes démarches, le CPE avait réussi à obtenir 108 000 $ du gouvernement du Québec, mais il lui manquait toujours 82 000 $ pour payer son loyer.

Finalement, c'est le ministère fédéral des Services publics et de l'Approvisionnement qui s'est engagé à verser la somme manquante pour 2017 et 2018, a indiqué Magali Picard, vice-présidente exécutive régionale de l'AFPC, au cours d'une entrevue jeudi.

Reste qu'il faudra trouver une solution à long terme, puisque les défenseurs du CPE ne veulent pas devoir mener une telle bataille à chaque renouvellement de bail, a prévenu Mme Picard.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer