Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys: la programmation informatique dès la maternelle

Tous les élèves de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Tous les élèves de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB), de la maternelle à la sixième année, seront exposés à la programmation informatique.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des enfants de 5 ans peuvent-ils programmer des robots ? C'est le pari que fait la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, qui a annoncé hier qu'elle offrira la programmation informatique à tous les élèves de ses 72 écoles primaires. La Presse est allée voir comment les enfants relèvent le défi.

Blue-Bot le robot se trouve sur une case où sont dessinées huit grenouilles. Comment l'amener sur celle qui compte plutôt quatre grenouilles ? Abel et Rosaly répriment leur envie d'appuyer tout de suite sur les boutons et réfléchissent.

La machine doit avancer d'une case. Puis pivoter de 90 degrés vers la gauche. Puis avancer d'une autre case. Une fois la stratégie établie, Abel entre la séquence d'instructions en appuyant sur des flèches à même le robot. Puis Rosaly appuie sur « go ».

Le robot en forme d'abeille se met à avancer. Rosaly, 5 ans, écarquille les yeux et saute sur place. Nous sommes dans une classe de maternelle de l'école Martin-Bélanger, à Lachine, l'une des deux plus défavorisées de toute la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB). Et ses élèves, sans même le savoir, sont en train d'apprendre les rudiments de la programmation informatique.

« À l'ère des grandes avancées en informatique, en robotique et en intelligence artificielle, il importe plus que jamais de sensibiliser nos élèves aux compétences du XXIe siècle », explique Diane Lamarche-Venne, présidente de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.

Dans le gymnase de l'école Martin-Bélanger, Mme Lamarche-Venne a annoncé hier que ce que vivent depuis quelques années les élèves de l'endroit et ceux de deux autres écoles s'étendra désormais aux 72 écoles primaires de la commission scolaire. En clair, tous les élèves, de la maternelle à la sixième année, seront exposés à la programmation informatique.

Une camionnette remplie de robots

Pour ce faire, la CSMB compte sur Algo (pour algorithme), une camionnette transformée en « unité mobile d'éveil à la programmation ». Remplie de passagers qui s'appellent Nao, Kibo ou Ozobot, la camionnette bleu et blanc sillonne le territoire pour apporter ses robots, applications et tablettes électroniques aux élèves. Et comme les humains ont encore leur rôle à jouer dans la vie, deux conseillers pédagogiques, Sébastien Trempe et Marijo Émond, sont aussi du voyage pour aider élèves et enseignants à apprivoiser la technologie.

« L'objectif n'est pas de transformer les enfants en programmeurs, mais de développer leur pensée computationnelle », explique Sébastien Trempe. Il pointe le petit Abel qui, même s'il se trouve de côté par rapport au robot, réussit à choisir la bonne flèche pour l'amener là où il veut.

« Un élève qui a de la misère avec l'orientation spatiale, on le voit tout de suite. Lui n'a clairement pas de problème ! », lance-t-il.

Définir un problème. Collaborer pour générer une solution. La tester. Comprendre, en cas d'erreur, pourquoi elle n'a pas fonctionné. Le projet, selon les enseignants, permet de développer de nombreuses habiletés chez les élèves.

« On est capable de leur faire apprendre concrètement que l'erreur n'est pas la fin de l'histoire. C'est juste une étape de plus dans la réalisation d'un défi. Quand ils ont appris ça, ils sont plus enclins à prendre des risques et à essayer de nouvelles choses », constate Pascale Paquette, enseignante-ressource pour le projet Algo.

Sans compter que les élèves aiment participer à l'activité et manipuler les robots. Lorsque Sébastien Trempe demande un volontaire pour jouer le rôle du robot pour une démonstration, toutes les mains sans exception se lèvent en une fraction de seconde.

« Ils ont eu l'impression de jouer pendant toute la période, commente Mme Paquette quand les enfants sortent. Et nous, on a la conviction de les préparer pour le futur. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer