Lab-École: au moins cinq écoles modèles en 2021 

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, l'architecte Pierre... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, l'architecte Pierre Thibault, le chef cuisinier Ricardo Larrivée et l'athlète Pierre Lavoie.

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Québec prévoit rénover au moins cinq écoles pour la rentrée scolaire 2021 en suivant les recommandations que lui fournira l'organisme Lab-École fondé par l'architecte Pierre Thibault, le cuisinier Ricardo Larrivée et l'homme derrière Le Grand défi, Pierre Lavoie.

Les trois hommes ont présenté mardi la composition de leur équipe, qui se déploie en trois chantiers : l'aménagement physique, l'alimentation et les saines habitudes de vie en milieu scolaire. Ils disposent d'un budget total de 3 millions sur deux ans, octroyé par le ministère de l'Éducation, pour mener leurs travaux et proposer des modèles qu'ils souhaitent être «les meilleures écoles au monde». Aucun cadre budgétaire associé aux rénovations qui seront faites pour 2021 n'est toutefois établi afin de guider leurs réflexions.   

«On ne travaillera pas en fonction de contraintes et de limites. Lab-École est là pour réfléchir, ils vont identifier ce qui se fait de bien et ce qu'on peut faire mieux», a dit le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx. 

«Les enfants passent huit à douze heures par jour à l'école. Est-ce que comme adultes, on passerait huit à douze heures dans un environnement qui parfois ressemble plus à une prison qu'à un lieu d'épanouissement (...)? Il y a une grande réflexion à faire», a affirmé Ricardo Larrivée. 

«Il y a des écoles qui sont reconstruites en ce moment avec les mêmes problèmes qu'il y a 40 ans. Pas par manque de volonté, juste parce que c'est comme ça (...). Si nous trois, qui avons la chance d'avoir la parole, on peut la redonner, écouter et devenir les porte-paroles de ceux qui mènent le combat depuis parfois 30 ans sur des enjeux extrêmement importants pour l'éducation, ''so be it'', on veut l'être», a-t-il ajouté. 

Les syndicats restent critiques  

Lorsque le projet Lab-École a été médiatisé pour la première fois au printemps dernier, les syndicats d'enseignants avaient critiqué le gouvernement qui mandatait trois personnalités publiques pour penser l'école du futur sans y impliquer, disaient-ils, les professionnels du secteur de l'éducation. 

Même si Lab-École a aujourd'hui dévoilé la composition de ses comités de travail et de son conseil d'administration, qui rassemblent architectes, universitaires, directions d'écoles, commissions scolaires, gens du milieu des affaires et autres professionnels, les syndicats demeurent toujours critiques. 

«Celles et ceux qui font l'école au quotidien, les enseignants, les architectes, les professionnels, ils voient ce que l'école aurait besoin. Il y en a des projets novateurs, mais le ministre n'a pas fait ce choix-là. Le ministre a fait le choix de mettre des sommes d'argent et de les confier à trois hommes d'affaires pour nous expliquer en quoi [leurs propositions] seraient mieux», a dit Louise Chabot, présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). 

«Le projet de Lab-École constitue une opération de relations publiques. Y participer équivaut à cautionner ce projet et la Fédération autonome de l'enseignement s'y refuse. À un an de la prochaine campagne électorale, ce projet apparaît clairement comme une opération de maquillage qui, à court terme, n'apportera rien de plus aux élèves et personnels de l'éducation dans les écoles du Québec», a pour sa part écrit Sylvain Mallette, président de la FAE par voie de communiqué. 

Or, pour Ricardo Larrivée, «l'école idéale existe déjà au Québec, elle est juste [dispersée] en toutes sortes de morceaux dans toutes les commissions scolaires. (...) Ça sera notre rôle d'aller chercher le meilleur de chaque endroit et de s'arranger pour que tout le monde le sache.» 

«Le Lab-École, ce n'est pas trois personnes, c'est un grand nombre de personnes. On se veut rassembleur, a assuré l'architecte Pierre Thibault. On veut rejoindre tout le monde. (...) Si des gens veulent participer aux chantiers, envoyez-nous vos CV. On veut être des rassembleurs et des diffuseurs de ce qui se fait de bien au Québec.» 

Comment choisir les écoles modèles?

Les critères pour choisir les cinq écoles qui seront rénovées dans le cadre de Lab-École ne sont pas encore définis.

«Ce qu'on veut, c'est vraiment des gens motivés, parce que quand on veut innover, ça prend une direction d'école motivée [et] une communauté motivée. (...) Malheureusement, on ne pourra pas faire toutes les écoles, mais on veut qu'il y ait des phares pour éclairer la façon de faire», a dit Pierre Thibault. 

Au cours de l'année scolaire 2021-2022, Lab-École évaluera l'impact des mesures qui seront réalisées lors des rénovations sur la réussite scolaire des élèves. 

«Je rêve de ces écoles. (...) J'espère qu'on [concevra] ensemble les meilleures écoles et qu'on pourra ensuite rénover et reconstruire tout ce qu'il y a au Québec. C'est mon rêve», a dit Pierre Lavoie.  




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer