Une nuit dehors pour une place... sur la liste d'attente

Sur le trottoir hier matin, plusieurs dizaines de... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Sur le trottoir hier matin, plusieurs dizaines de personnes attendaient patiemment l'ouverture des portes de l'école secondaire publique Académie de Roberval, pour avoir une chance de voir leur enfant y être admis.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«C'est fou. C'est fou raide!» La course à l'inscription dans les écoles secondaires a pris des airs de concert populaire pour des parents de Montréal, dont certains sont allés jusqu'à passer la nuit dehors pour avoir une chance de voir leur enfant entrer à l'école secondaire publique Académie de Roberval.

Sur le trottoir hier matin, plusieurs dizaines de personnes attendaient patiemment l'ouverture des portes de cette école du quartier Villeray, qui offre un programme enrichi.

Pour conserver la priorité de leur enfant sur la liste d'attente de l'établissement qui ne peut accueillir que 114 élèves, ils devaient l'inscrire selon le principe du «premier arrivé, premier servi». Une situation qui touche 163 élèves qui ont réussi l'examen d'admission, mais qui doivent espérer que d'autres, qui ont obtenu de meilleures notes qu'eux, se désistent.

En conséquence, quelques parents avaient passé la nuit emmitouflés sur des chaises pliantes devant la porte de cette école de la Commission scolaire de Montréal (CSDM). Certains y étaient depuis lundi midi.

«On aurait très bien vécu avec le fait qu'on aurait pris les meilleurs, et qu'on nous appelle au fur et à mesure. Là, on vient jouer dans le zèle, dans la folie des gens», dit Geneviève Neveu.

Mme Neveu était arrivée la première. Au cours de la nuit, elle et ses voisins de balcon avaient eu tout le loisir de faire connaissance et de s'entendre sur une chose : devoir passer la nuit devant l'école dépassait tout entendement.

Le courriel reçu au début du mois d'octobre par ces parents a d'abord laissé croire à certains que leur enfant était bel et bien admis à l'Académie de Roberval. «FÉLICITATIONS!», y est-il écrit. Ce n'est que dans la phrase suivante que l'on nuance en indiquant que l'enfant «fait partie du 2e groupe d'élèves admis en fonction des places disponibles».

Karl Monnerais pensait qu'en se présentant à 4h30, il serait parmi les premiers, sinon le premier à arriver. «Ma crainte était de me tromper de porte. Je me disais que j'accueillerais les autres parents», dit-il en riant. Le bout de papier distribué par des parents pour marquer le rang indiquait toutefois qu'ils avaient été 18 à se présenter avant lui.

Un fonctionnement injuste?

Vers 8h30, Stéphanie Pichette regardait la file s'étirer derrière elle avec une pointe de désolation. «Quelqu'un qui est monoparental ne peut pas se permettre d'arriver à 4h du matin, parce qu'il a des enfants dont il doit s'occuper, dit-elle. Il ne peut pas avoir une belle position dans la liste d'attente alors que ses enfants ont sans doute autant d'aptitudes que les autres. C'est injuste.»

Un point de vue partagé par Kamel Chabani, venu inscrire son fils. «Premier arrivé, premier servi, c'est un principe inéquitable. On aurait pu classer les gens du deuxième groupe selon la moyenne, comme ceux du premier groupe», croit-il.

«Il y a moyen d'automatiser tout ça, d'envoyer un courriel quand quelqu'un se désiste.»

À la CSDM, on assure qu'un mot d'ordre a été envoyé aux écoles pour qu'elles ne procèdent plus ainsi pour sélectionner les élèves après que des files d'attente semblables se sont créées devant certaines écoles en plein hiver. Dans le cas de l'Académie de Roberval, le conseil d'établissement «a voulu bien faire», dit le porte-parole de la CSDM.

«On va demander au conseil d'établissement de trouver une solution plus égalitaire, comme un tirage au sort, par exemple. Pour cette année, on va garder ce mode de fonctionnement. On peut considérer qu'il y a une forte probabilité que la plupart des élèves soient acceptés à l'Académie de Roberval, dû à l'écrémage qui va se faire par les élèves qui ont été acceptés ailleurs», explique Alain Perron. L'Académie de Roberval, ajoute-t-il, est une des premières écoles secondaires de la CSDM à faire passer les tests d'admission l'automne venu, ce qui explique que plusieurs se désistent en cours de route.

«Triste à voir»

Dans la file d'attente hier, bien des parents remettaient en question non seulement le processus de sélection de l'école, mais aussi le système d'éducation public devenu sélectif.

«C'est un peu triste à voir, dit Karl Monnerais. Dans un système d'éducation public, de voir des parents devoir faire la file d'attente pour espérer que leurs enfants aient une place dans une école qui n'est pas de quartier, c'est dommage. La question, c'est de savoir pourquoi les parents doivent aller dans d'autres quartiers pour inscrire leurs enfants. Ça soulève d'autres problèmes concernant la qualité et le nivelage de l'éducation», croit-il.

Au sortir de l'école, seuls les deux premiers parents arrivés ont eu la confirmation que leurs enfants pourraient avoir une place à l'école l'an prochain. C'était le cas pour Geneviève Neveu.

«Je suis contente pour mon enfant, mais je me sens super égoïste. De prendre tous ces élèves, de les retirer, de les isoler : dans l'écosystème d'une société, est-ce que c'est bon de séparer comme ça? Mais je suis ici parce que je ne vais pas changer notre gouvernement ou la CSDM. Je réagis en fonction de la réalité qui est là», dit-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer