Les écoles invitées à ne pas crier aux poux

Le ministère de la Santé recommande de ne... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le ministère de la Santé recommande de ne pas avertir les parents que des poux ont été constatés en classe avant que l'infestation ne touche 10% du groupe.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Si quelqu'un dans la classe ou dans le groupe de garderie de votre enfant a des poux, devriez-vous être mis au courant? Selon le ministère de la Santé, pas avant que l'infestation ne touche 10% du groupe.

En ce début d'année, une présentation faite à la Commission scolaire de Laval ces derniers jours a fait sourciller des membres du personnel.

Quand des poux sont constatés dans une classe, non, il ne faut pas d'emblée alerter tous les parents et, non, l'enfant ne doit pas être renvoyé à la maison pour qu'il y fasse un traitement.

Vérification faite, aussi bien à la Commission scolaire de Montréal qu'à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (la Commission scolaire de Laval n'a pas rappelé La Presse), on s'en remet en cette rentrée aux lignes directrices pour le contrôle de la pédiculose du cuir chevelu édictées il y a quelques mois par le ministère de la Santé.

Le document gouvernemental ne pourrait pas faire un tour plus complet de la question. Plus de 80 pages bien comptées.

Selon le Ministère, sous la barre d'une réelle éclosion touchant 10% des enfants d'un groupe, les autres parents ne devraient pas être prévenus parce que l'envoi de lettres fait «monter considérablement le niveau d'anxiété et de stigmatisation» et «engendre des traitements prophylactiques inappropriés».

«Politiques sans lentes» à éviter

Les écoles doivent aussi s'abstenir de mettre en place des «politiques sans lentes» visant à exclure les enfants infestés d'un milieu jusqu'à ce que plus aucune lente ne soit trouvée sur leur cuir chevelu. De telles politiques, est-il écrit, sont inefficaces et elles entraînent «la perte de plusieurs jours de classe pour les élèves, un isolement et une détresse sociale accrue», en plus de susciter «l'embarras, la honte et la stigmatisation ainsi qu'une diminution de l'estime de soi» chez les enfants.

«Par ailleurs, certains parents d'enfants qui avaient des lentes (fréquemment mortes) ont été accusés à tort de négligence et des enfants ont été victimes de ségrégation.»

Les autorités de santé publique font d'ailleurs remarquer que «la majorité des personnes infestées sont contagieuses plusieurs semaines avant que le diagnostic ne soit établi». Il n'est donc pas indiqué de retirer une personne infestée jusqu'au début de son traitement.

Fait à noter, à divers endroits dans le document, on laisse la porte ouverte à des aménagements et on s'en remet au bon sens des responsables des écoles.

Ainsi, il pourrait y avoir retrait d'une personne infectée, «avec discernement et pendant une courte période», dans des situations particulières telles qu'une infestation massive (des centaines de poux et des lentes vivantes) et persistante.

«Des mesures individualisées permettant de traiter une telle infestation tout en respectant la dignité et les droits fondamentaux de la personne atteinte devraient être mises en place», est-il aussi écrit.

Parce que les poux, ça arrive même dans les meilleures familles!

***

LES POUX EN QUATRE QUESTIONS :

- Les personnes aux cheveux longs sont-elles plus vulnérables?

On dit souvent que les personnes aux cheveux longs de même que celles aux cheveux bruns ou roux ont «des têtes à poux». Sans exclure cette possibilité, le ministère de la Santé relève que «le risque associé à ces caractéristiques soulève encore la controverse». Cependant, «les personnes à peau noire par rapport aux personnes à peau blanche semblent moins touchées par les poux».

- À quel âge est-on le plus à risque ? 

Tous les groupes d'âge sont touchés, mais le groupe des 3 à 11 ans est celui pour lequel le risque est le plus élevé, «avec un pic autour de 8-9 ans».

- Quelle est la période d'incubation?

On estime que la période d'incubation est de 7 à 12 jours. L'ennui, c'est que «l'infestation est souvent asymptomatique» et que l'apparition des symptômes survient après plusieurs semaines. Les enfants sont contagieux «jusqu'à l'élimination des poux et des lentes viables».

- Faut-il vaporiser toute la maison avec un insecticide?

Surtout pas. «Cette mesure est inefficace» et «peut représenter un risque important pour la santé des personnes et des animaux exposés à un produit potentiellement toxique». Inutile aussi de laver la maison au grand complet, mais les peignes et brosses doivent être trempés dans de l'eau chaude à environ 65 °C (150 °F) ou dans un produit contre les poux (non dilué) de 5 à 10 minutes. Les chapeaux, les casquettes et les vêtements doivent être séchés à l'air chaud pendant 20 minutes, nettoyés à sec ou entreposés dans un sac de plastique fermé hermétiquement pendant 10 jours. Et évidemment, il faut aussi s'attaquer aux draps et aux taies d'oreiller.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer