Alexandre Taillefer plaide pour un investissement dans les CPE

Alexandre Taillefer appelle les dirigeants à sortir de... (Photo Patrice Laroche, archives Le Soleil)

Agrandir

Alexandre Taillefer appelle les dirigeants à sortir de la logique comptable lorsqu'il est question d'éducation des enfants de 0 à 5 ans.

Photo Patrice Laroche, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le réseau des centres de la petite enfance (CPE) peut compter sur un nouveau défenseur en la personne d'Alexandre Taillefer. L'homme d'affaires appelle les dirigeants à sortir de la logique comptable lorsqu'il est question d'éducation des enfants de 0 à 5 ans. La Presse s'est entretenue avec M. Taillefer et Camil Bouchard, ex-député du Parti québécois et auteur du rapport Un Québec fou de ses enfants, qui a mené à la création des CPE, il y a 20 ans. Tous deux participent au Sommet sur l'éducation à la petite enfance, organisé par l'Association québécoise des CPE, qui s'ouvre aujourd'hui à Montréal.

Pourquoi s'intéresser maintenant à ce qui se passe en petite enfance ?

Alexandre Taillefer : « On a, dans notre société, un vice important dans les méthodes comptables, qui fait que lorsqu'on prend des décisions sur notre avenir, on met beaucoup l'accent sur les infrastructures. Les politiciens favorisent le court terme. C'est clairement démontré aujourd'hui que le meilleur investissement qu'on peut faire, c'est dans l'éducation, la prévention de la santé mentale, la prévention de la santé physique et la culture. Mais on passe ça au bilan comptable, et ça introduit de mauvaises décisions. On n'entend pas assez parler de l'impact économique d'un investissement dans la petite enfance. Quand je lis que l'Institut Fraser dénonce un investissement qui est fait dans la cible la plus importante d'une société, je me dis qu'il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. »

Camil Bouchard : « Quand j'ai publié Un Québec fou de ses enfants en 1991, mon grand rêve était qu'il se produise une fissure dans le monde des affaires par laquelle on pourrait les amener à ce discours. Ç'a été un échec tout le temps. [...] Pour moi, l'apport d'Alexandre est un pas de plus. On vient reconnaître que le développement des personnes commence plus tôt qu'à l'école, que la préparation à la réussite scolaire commence au berceau. »

On dénombre 60 000 places dans les garderies privées non subventionnées, soit 14 000 de plus qu'en 2014. Ne sont-elles pas une façon de pallier le manque de places en CPE ?

Alexandre Taillefer : « On associe automatiquement garderie privée et école privée. Mais la fille des écoles privées, ce n'est pas la garderie privée, ce sont les CPE. Il y a très peu de gens qui comprennent ça. Une école privée est une organisation à but non lucratif, qui ne génère pas de marge de profit, ils mettent tout l'argent dans l'éducation et les infrastructures. Quand on regarde les conditions salariales de l'école privée et du public, c'est semblable. Les garderies privées, elles, doivent générer une marge de profit. On parle d'un écart de salaire de 20 % entre les employés des garderies privées et ceux des CPE. Il faut s'assurer que la prestation offerte en garderie privée soit équivalente à celle offerte dans les CPE. »

Camil Bouchard : « J'ai beaucoup de réserves par rapport à cette proposition disant qu'on réussirait à améliorer la qualité des services dans les garderies commerciales, sans qu'on investisse de la même façon que dans les CPE et sans qu'on offre le même type de gouvernance. Il y a une étude du ministère de la Famille qui démontre que le taux annuel de roulement du personnel est supérieur à 50 % dans les services de garde commerciaux. C'est de l'instabilité créée dans la vie quotidienne des enfants. On peut se demander pourquoi, alors qu'on a un modèle qui fonctionne, on ne le renforcerait pas, plutôt que de transformer un modèle qui ne convient pas à la mission. »

Que proposez-vous à court terme pour le réseau des CPE ?

Camil Bouchard : « Je vise la gratuité dans un horizon de cinq ou six ans. Mais je suis très étapiste sur la question. On a des milliers de familles au Québec qui reçoivent un crédit d'impôt pour solidarité parce que leur revenu n'est pas assez important pour être imposé. On devrait commencer par là : tous les enfants de familles qui y sont admissibles devraient pouvoir accéder gratuitement à des services éducatifs de qualité. Et ces services devraient être installés en priorité dans des zones où on a le plus de vulnérabilité. Il me semble que ça tombe sous le sens ! »

Alexandre Taillefer : « Il faut faire comprendre que le CPE est en fait le modèle de l'école privée, et que ça fonctionne très bien. On ne penserait pas deux secondes à permettre à des gens de faire un profit sur l'éducation de nos enfants. Il me semble que la responsabilité numéro un de la société, c'est de prendre en charge l'éducation de ses enfants, qui n'ont pas choisi de naître où ils sont nés, qui n'ont pas choisi de quel canal déférent ils allaient sortir ! Ça entraîne des inégalités extrêmement importantes entre deux citoyens qui ont des compétences ou des caractéristiques similaires. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer