Cégep: les profs délaissent l'enseignement à temps plein

Tous les enseignants interrogés l'ont dit:l'arrivée massive au... (MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Tous les enseignants interrogés l'ont dit:l'arrivée massive au cégep d'élèves avec des troubles d'apprentissage et les exigences bureaucratiques sans cesse accrues ont nettement alourdi la tâche de professeur de cégep ces dernières années.

MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Les professeurs de cégep multiplient les demandes de libération ou de réduction de temps de travail (sans solde), au point où, dans certains collèges, c'est entre le tiers et la moitié d'entre eux qui n'enseignent plus à temps plein. Une situation qui s'expliquerait notamment par un alourdissement de la tâche.

Si un certain nombre de libérations (à des fins syndicales ou de coordination départementale, notamment) sont conventionnées, l'attribution d'autres libérations - pour siéger à un comité, lancer un projet, organiser un voyage avec les élèves, par exemple - varie grandement d'un cégep à l'autre, a constaté La Presse en parcourant les réponses à une demande d'accès à l'information lancée à tous les établissements collégiaux de la province.

« Les professeurs se cherchent des planques, et pour être libéré, pour siéger à un comité ou à un autre, il existe quelques buzz words à prononcer  », explique une professeure de cégep.

Elle a demandé l'anonymat, comme les autres profs dans ce reportage, parce que le sujet est délicat entre collègues.

« Tu dis: "centre d'aide, programme pour réduire l'angoisse des étudiants", et très vite, on te libère plein d'heures pour un petit projet qui ne t'en demandera jamais autant », ajoute-t-elle.

Quand la direction a accepté la dépense pour un comité ou un projet, « l'attribution des libérations se décide en assemblée départementale, poursuit-elle. Entre nous, les profs, on passe au vote, et hop ! Libération accordée ».

Les libérations et les réductions de temps de travail n'éloignent pas de leurs tâches tous les enseignants à temps complet, évidemment. Les professeurs sont en fait libérés pour des périodes variant entre 10 et 100 % de leur temps de travail.

À Marie-Victorin 

Au cégep Marie-Victorin, sur 347 enseignants à temps plein et à temps partiel, 115 ont obtenu une libération en 2016-2017 et 49 ont bénéficié d'une réduction de leur temps de travail. Au collège Ahuntsic, sur 580 professeurs à temps partiel ou à temps complet en 2016-2017, 207 ont obtenu une libération ou une réduction de leur temps de travail.

Autre exemple : au collège de Maisonneuve, 224 libérations ont été accordées en 2016-2017 sur quelque 600 enseignants, dont 23 pour des projets de « réussite éducative », 16 pour le « centre d'aide » et 7 pour la mobilité étudiante ; 61 demandes de réduction de temps de travail (sans solde) ont par ailleurs été accordées.

En 2016-2017, sur 139 enseignants à temps plein au cégep de Victoriaville, 80 ont obtenu cette année une libération (soit 58 %) et 22 ont bénéficié d'une réduction volontaire du temps de travail.

Christian Héon, directeur des études au cégep de Victoriaville, note que quand on additionne toutes les libérations accordées, « ça met de la pression sur le système. Avoir tous les professeurs d'un même département en même temps pour une réunion, ça devient compliqué ».

Dans quelles limites ces autorisations sont-elles accordées ? « Quand on les refuse, c'est qu'on n'est pas capables de s'organiser », répond M. Héon.

Travailler dans le privé

Les enseignants à temps plein dans les cégeps n'y travaillent souvent qu'à temps partiel, réclamant une réduction de leur temps de travail (non rémunérée) pour oeuvrer en parallèle en entreprise ou en cabinet privé, comme psychologue ou ingénieur, notamment. Plusieurs administrateurs de cégep le valorisent, estimant utile cette expérience de terrain.

Un professeur à temps plein pourrait-il demander une réduction de temps de travail pour ne travailler que la moitié du temps ? « Oui, il le pourrait », répond M. Héon.

Pour les programmes de réduction du temps de travail - les équivalents des sans-solde - , un grand nombre de cégeps ont répondu que c'était « à coût nul », les enseignants n'étaient pas payés pendant leur absence. Or, comme l'a précisé la Fédération des enseignants de cégeps, ce n'est pas le cas : même quand un enseignant est en congé sans solde, son employeur continue de payer sa contribution à son fonds de pension. Au cégep de Victoriaville, en réponse à notre demande d'accès à l'information, on a indiqué que le programme de réduction volontaire du temps de travail avait coûté 70 481 $.

Les troubles d'apprentissage

Mais qu'est-ce qui explique cette multitude de demandes de libération ou de réduction du temps de travail ?

Tous les enseignants interrogés l'ont dit : l'arrivée massive au cégep d'élèves avec des troubles d'apprentissage et les exigences bureaucratiques sans cesse accrues ont nettement alourdi la tâche de professeur de cégep ces dernières années. Avoir une charge complète de travail, cela signifie que le travail empiète très souvent sur les fins de semaine.

Il reste que selon un professeur interviewé, certains sont passés maîtres dans l'art d'avoir le moins d'élèves possible à leur charge.

Lucie Piché, présidente de la Fédération des enseignants de cégep, soutient qu'une réduction du temps de travail, « c'est souvent une soupape pour diminuer la pression qu'un enseignant subit. Plusieurs enseignants se sentent débordés au travail, entre autres par l'augmentation des étudiants présentant des besoins particuliers et par la reddition de comptes qui va toujours en augmentant ».

Très au fait de ce dossier, Mme Piché note que les cas de figure sont nombreux. Certains professeurs, à l'approche de la retraite, souhaitent alléger leur emploi du temps. D'autres encore « sont de jeunes parents et ils appartiennent à la jeune génération pour qui la vie, ce n'est pas que le travail et qui veulent avoir de vraies fins de semaine », ajoute Mme Piché.

En réponse à notre demande d'accès à l'information, Bois-de-Boulogne, de même que les cégeps de Sept-Îles, de Jonquière, de l'Outaouais, de Baie-Comeau et d'Alma nous ont répondu n'avoir aucun document sur le nombre de libérations et de demandes de réduction de temps de travail. 

La ministre de l'Éducation supérieure, Hélène David, a refusé de commenter, lundi.

- Avec la collaboration de William Leclerc




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer