École privée: Gabriel Nadeau-Dubois rattrapé par son passé

Gabriel Nadeau-Dubois et Amir Khadir... (Photo Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

Gabriel Nadeau-Dubois et Amir Khadir

Photo Jacques Boissinot, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Québec solidaire a appelé à la rescousse Gabriel Nadeau-Dubois, mercredi, dans le cadre d'un débat pour mettre fin au financement public des écoles privées, mais son passé l'a rattrapé.

Pur produit de l'école privée, le candidat de QS dans Gouin et futur porte-parole pressenti du parti a dû défendre son choix et celui de ses parents, à sa première apparition publique à l'Assemblée nationale depuis l'annonce de sa candidature.

Au cours d'un point de presse dans le hall de l'Assemblée nationale, quand des journalistes lui ont demandé s'il aurait préféré aller à l'école publique, il a d'abord esquivé la question en disant qu'il n'avait alors pas l'âge de prendre cette décision.

À ses côtés, le député Amir Khadir a alors volé au secours de celui qui pourrait succéder à Françoise David dans l'élection complémentaire à venir dans Gouin. Le député de Mercier a tenté de répondre à sa place, quand les journalistes sont revenus à la charge sur les préférences scolaires de M. Nadeau-Dubois à l'adolescence.

«Si ce choix réel existait, il est en train de dire qu'il préférait aller à l'école publique, puisque c'est ce qu'il propose pour l'ensemble du Québec», a rétorqué M. Khadir.

«Honnêtement, j'avais 12 ans à l'époque, je n'étais pas déjà militant politique, je n'avais pas toutes les informations pour prendre une décision à 12 ans», a par la suite poursuivi monsieur Nadeau-Dubois, tout en gardant sous silence sa préférence pendant son parcours scolaire.

L'aspirant porte-parole de QS a fréquenté le collège Regina Assumpta, une école privée renommée de Montréal.

Motion sur l'école privée

Québec solidaire a déposé une motion pour réclamer la fin du financement des écoles privées par l'État, dans le cadre du débat hebdomadaire sur les affaires inscrites par l'opposition.

La motion de QS demande de «mettre fin au système d'éducation à deux vitesses» et de «s'assurer que le financement étatique favorise l'équité dans la répartition des ressources, l'égalité des chances des élèves et la qualité du réseau public d'éducation».

Amir Khadir s'est défendu de vouloir ainsi piéger le Parti québécois, qui tente de se rapprocher du parti de gauche, mais qui n'a pas la même position que lui sur cette question.

Le porte-parole du PQ en éducation, Alexandre Cloutier, a plutôt suggéré en amendement au cours du débat de revoir le financement des écoles privées. Il a reconnu que le système actuel était «inéquitable», comme l'a conclu le Conseil supérieur de l'éducation dans un rapport.

Le député de Lac-Saint-Jean a reconnu que «personne ne veut toucher» à cette question qui est «une méchante patate chaude», mais qu'il fallait mieux encadrer l'école privée, sa mission éducative, et rétablir le lien de confiance avec l'école publique.

Cependant, au terme du débat, QS a rejeté l'amendement du PQ et la motion devra être mise aux voix dans sa version d'origine. Le vote a toutefois été reporté à jeudi matin.

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a pris la défense de l'école privée, une école «enracinée dans les régions» qu'il faut préserver au nom de la «liberté de choix» et de la «complémentarité».

Et surtout, en dépensant 500 millions dans le réseau privé, l'État économise, a plaidé le ministre. «C'est un faux raisonnement (de penser qu'on pourrait reverser ces sommes dans le réseau public), a dit M. Proulx. Ça coûte plus cher, un enfant dans l'espace public (...). Si on devait les intégrer (les 107 000 élèves du réseau privé), ça nous coûterait beaucoup plus cher, cela dépasserait le milliard de dollars.»

La CAQ a affiché son opposition à la motion de QS. Le porte-parole caquiste, Jean-François Roberge s'est attaqué à ce qu'il estime être des préjugés. Selon lui, l'école privée n'est ni l'école de l'élite ni l'école de douance.

«On vient diaboliser (avec cette motion) quelque chose dont on peut être fier», a-t-il résumé.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer