Exclusif

100% des retardataires «sont noirs», dit un ex-élu devenu prof

L'ex-leader parlementaire du Bloc québécois Pierre Paquette fait... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'ex-leader parlementaire du Bloc québécois Pierre Paquette fait l'objet d'une enquête du Collège de Maisonneuve pour des propos qu'il aurait tenu dans l'une de ses classes la semaine dernière.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Collège de Maisonneuve a ouvert une enquête après que l'un de ses professeurs - un ex-politicien - a dit devant sa classe que la totalité des élèves qui n'avaient pas remis un travail à temps étaient noirs, a appris La Presse.

Le professeur impliqué est l'ex-leader parlementaire du Bloc québécois Pierre Paquette, qui s'est tourné vers l'enseignement de l'économie au collégial après sa défaite électorale de 2011.

«Cent pour cent des gens qui n'ont pas remis le travail sont noirs», a-t-il affirmé mardi dernier (4 avril), selon une version des faits rapportée par un élève et que Pierre Paquette admet.

Le commentaire a été prononcé juste après que le professeur a terminé de ramasser les copies du travail en question, le jour prévu de la remise.

M. Paquette s'est excusé lors de sa séance suivante avec le même groupe, tenue hier.

«Dès que je l'ai dit, je me suis aperçu que ça n'avait pas de bon sens, ce que je venais de dire», s'est confessé M. Paquette en entrevue avec La Presse. «Comme c'était un examen, je n'ai pas pu vraiment m'excuser sur le moment. Mais dès que j'ai eu la chance de rencontrer ce groupe-là, je me suis excusé auprès des personnes concernées et auprès de toute la classe.»

Un élève qui a été témoin de l'incident a relaté en entrevue que la classe avait été plongée dans «un malaise général» à la suite du commentaire du professeur. «On ne comprenait pas comment le professeur avait pu faire ce genre de commentaire», a-t-il dit.

«Il a juste continué le cours. Je ne sais même pas s'il a remarqué qu'il avait provoqué un malaise.» Pierre Paquette affirme qu'il s'en est bien rendu compte.

L'événement a aussi causé des remous sur les réseaux sociaux, où des élèves ont dénoncé le caractère discriminatoire des paroles prononcées.

Âgé de 61 ans, Pierre Paquette a été député de Joliette de 2000 à 2011, date à laquelle il a été emporté par la vague orange. Orateur habile, il est devenu le bras droit de Gilles Duceppe dans les dernières années de sa carrière parlementaire.

Plus récemment, il a tenté en vain de déloger François Legault de sa circonscription aux élections provinciales de 2014, sous la bannière du Parti québécois.

«Arroseur arrosé»

Du côté de l'administration du Collège de Maisonneuve, on confirme avoir ouvert une enquête et avoir reçu les aveux du professeur.

«On a une politique pour contrer toute forme d'intimidation et de violence. La discrimination fait partie de cette politique, a affirmé Line Légaré, directrice des communications du Collège. C'est un processus qui est déjà encadré, balisé, qui va être mis en place pour analyser cette situation.»

Mme Légaré a indiqué que c'est à la suite de cette analyse que le Collège de Maisonneuve décidera si des mesures disciplinaires doivent être prises à l'endroit de son employé.

Après des décennies dans le feu de l'action, à fréquemment avoir un micro sous le nez, Pierre Paquette se qualifie d'«arroseur arrosé». «Personne n'est à l'abri d'un manque de jugement. Je n'aurais pas dû exprimer ça à haute voix, parce qu'encore une fois, ça alimente les préjugés», dit-il.

«Et ce n'est pas ce que je souhaite, a-t-il affirmé. Au contraire, j'ai passé toute ma vie à lutter contre les préjugés raciaux.»

Le professeur jure qu'il n'y aura pas d'impact sur le cheminement scolaire de ses élèves. Il laisse au Collège de Maisonneuve le soin de décider d'éventuelles conséquences disciplinaires.

L'association étudiante locale, la Société générale des étudiantes et étudiants du Collège de Maisonneuve (SOGÉÉCOM), n'a pas voulu commenter l'affaire. La personne qui a répondu au téléphone dans les bureaux de l'organisation a refusé de transmettre l'appel de La Presse à au responsable des dossiers de ce type.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer