Les écoles québécoises dans un état lamentable

L'école Sainte-Bibiane, dans Rosemont... (Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse)

Agrandir

L'école Sainte-Bibiane, dans Rosemont

Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est dans un document rendu public par le ministère de l'Éducation la semaine dernière que l'on apprend que des centaines d'écoles québécoises sont dans un état de vétusté avancé. À la Commission scolaire de Montréal (CSDM), près de 90 % des bâtiments sont en « mauvais » ou en « très mauvais » état. Et les élèves de la métropole ne sont pas les seuls à fréquenter des écoles décrépites.

88 %

Sur 250 bâtiments de la Commission scolaire de Montréal, 194 se voient attribuer la cote « E », ce qui signifie qu'ils sont en « très mauvais » état. Vingt-sept autres obtiennent la cote « D », ou « mauvais ». Au total, 88 % des immeubles de la CDSM sont dans un état insatisfaisant, selon le document. La valeur de remplacement des immeubles de la CSDM est estimée à 3,3 milliards.

DEUX ÉTABLISSEMENTS VÉTUSTES À 100 %

Deux écoles primaires de la CDSM se démarquent du lot : elles se voient attribuer un indice de vétusté de 100 %, ce qui veut dire que le coût de la réfection équivaut à la valeur du bâtiment. Selon nos informations, il s'agit de l'école Saint-Gérard, dans l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, et de l'école Sainte-Bibiane, dans Rosemont. Le premier établissement est actuellement en reconstruction complète. Un dossier d'opportunité est présentement à l'étude à Québec, et la CSDM espère que des travaux majeurs seront lancés bientôt.

LA CSDM VEUT UN STATUT PARTICULIER

La CSDM calcule que la mise à niveau de chacun de ses établissements coûterait 1,2 milliard. Les sommes versées jusqu'ici par Québec sont largement insuffisantes pour lui permettre de combler son déficit d'entretien. La présidente Catherine Harel Bourdon presse le gouvernement d'accorder un financement propre à la CSDM, « compte tenu des coûts plus élevés nécessaires à la CSDM pour rénover ou construire des écoles dans la métropole densément peuplée ».

UN PROBLÈME RÉEL, SELON PROULX

Loin de nier le problème, le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a débloqué 367 millions, l'été dernier, pour moderniser les écoles. La CSDM a reçu à elle seule 79 millions de cette enveloppe. L'organisme, qui accueille 9 % des élèves du réseau public québécois, a ainsi reçu 22 % des sommes destinées à la modernisation des écoles.

D'AUTRES ANNONCES

Au cabinet de M. Proulx, on a indiqué, hier, que d'autres annonces viendront dans les prochains mois, notamment la programmation de la saison des travaux de l'été 2017. Mais lors d'un récent échange à l'Assemblée nationale, le ministre a prévenu que le chantier de modernisation des immeubles scolaires ne sera pas terminé demain matin. « Moderniser le système d'éducation, c'est plus long que changer un feu de circulation », a illustré le ministre.

PAS SEULEMENT MONTRÉAL

Le problème de vétusté des bâtiments est connu depuis longtemps à la CSDM, mais c'est loin d'être la seule commission scolaire qui compose avec le vieillissement de ses écoles. Le document du ministère de l'Éducation donne à chaque établissement un « indice de vétusté ». Et l'indice moyen de chaque commission scolaire est calculé. Notre compilation révèle que 64 % des commissions scolaires ont des bâtiments dans un « très bon » état, un « bon » état ou un état « satisfaisant ». Le réseau public obtient donc la note de passage, mais de peu. En revanche, 36 % des commissions scolaires présentent un indice de vétusté moyen « mauvais » ou « très mauvais ».

PIRE QU'À MONTRÉAL

La Commission scolaire de l'Estuaire, sur la Côte-Nord, est la seule à avoir obtenu un score pire que celui de la CSDM. L'indice de vétusté moyen des immeubles de cet organisme est de 41 %. La Commission administre 31 immeubles. Du nombre, 21 sont en « très mauvais » état et sept sont en « mauvais » état. Les commissions scolaires des Samares, dans Lanaudière, et de la Capitale, à Québec, ont elles aussi des dizaines d'immeubles vétustes (voir le tableau à l'onglet suivant).

- Avec la collaboration de William Leclerc et de Thomas de Lorimier, La Presse

***

Précision : une première version de ce texte indiquait erronément que l'école Saint-Gérard de la CSDM, dont il est question dans l'article, se situait dans l'arrondissement de Pierrefonds-Roxboro. Or, l'école Saint-Gérard de la CSDM se situe dans le quartier Villeray. Une autre école, qui porte le même nom, se situe dans l'arrondissement Pierrefonds-Roxboro et fait partie de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer