Initiations à l'université: Québec brandit la menace d'une interdiction

La ministre de la Condition féminine, Lise Thériault... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

La ministre de la Condition féminine, Lise Thériault

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
QUÉBEC

L'idée de mettre la pression sur les universités pour qu'elles envisagent d'interdire les initiations organisées chaque année par des étudiants lors de la rentrée fait son chemin au gouvernement Couillard, qui cherche à empêcher la tenue d'activités à caractère sexuel dégradantes pour les étudiantes.

D'une façon ou d'une autre, Québec arrivera au cours des prochains mois avec des mesures pour contrer ce phénomène jugé inacceptable, a commenté la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, lors d'une brève mêlée de presse, mardi.

La question de l'interdiction est pertinente et «les universités devraient se la poser», a dit la ministre.

Elle s'est montrée préoccupée par le sort subi par des étudiantes de la faculté de droit de l'Université de Montréal, qui ont dit s'être senties pratiquement obligées de se dévêtir et de participer à des activités à caractère sexuel tenues lors de la rentrée de septembre.

Dans ce contexte, le gouvernement pourrait faire appel aux directions des universités afin qu'elles examinent la pertinence d'interdire les initiations étudiantes, a estimé la ministre Thériault, qui se dit déterminée à ne pas tolérer ce phénomène et à éliminer ce genre d'activités à l'université.

«Je pense que la culture de viol dans les universités, ça n'a pas sa place, surtout pas des étudiants en droit qui sont les futurs juristes, qui pourraient éventuellement être des juges», a-t-elle commenté, en disant miser sur l'éducation des étudiants pour changer les mentalités.

«C'est sûr qu'il va y avoir des actions. On peut pas laisser aller ça comme ça», selon elle.

Il reste à savoir dans quelle mesure le gouvernement peut réellement intervenir, pour forcer la main aux universités, tout en respectant leur autonomie.

Ses propos faisaient écho à ceux tenus il y a quelques jours par la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, qui disait estimer que les universités devaient intervenir dans ce dossier, délimiter des balises claires et fournir un meilleur encadrement à ce type d'activités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer