Palmarès mondial des universités: l'UdeM s'approche du top 100

L'Université de Montréal a grimpé de 10 échelons cette... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, Archives La Presse)

Agrandir

L'Université de Montréal a grimpé de 10 échelons cette année, se classant en 103e position du Times Higher Education, le palmarès des universités dans le monde.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Les universités américaines et britanniques continuent de dominer largement le Times Higher Education, le palmarès des universités dans le monde publié cette semaine. Trois universités canadiennes se classent parmi les 100 meilleures, tandis que cinq institutions chinoises parviennent elles aussi à se hisser à ce niveau.

McGill a perdu quelques petits rangs dans le... (Archives La Presse, Patrick Sanfaçon) - image 1.0

Agrandir

McGill a perdu quelques petits rangs dans le palmarès Times Higher Education, mais demeure en bonne position, au 42e rang des meilleures universités dans le monde.

Archives La Presse, Patrick Sanfaçon

Le classement du Times Higher Education recense les meilleures universités dans le monde depuis 2004 à la lumière de cinq critères : l'enseignement, la qualité de la recherche, le nombre de mentions dans les publications scientifiques, la portée internationale et l'apport des connaissances à l'industrie. Au total, 980 universités sont évaluées.

L'Université de Montréal a grimpé de 10 échelons cette année, ce dont se félicite son recteur, Guy Breton. L'Université de Toronto, celle de la Colombie-Britannique et de McGill ont, elles, perdu quelques petits rangs, mais se classent parmi les 100 premières.

Ce qui frappe dans ce palmarès au premier coup d'oeil, c'est la performance des universités américaines, mais surtout celle des universités du Royaume-Uni, qui n'est pas le pays le plus peuplé ni le plus riche, mais qui occupe plusieurs des positions de tête : Oxford est première, Cambridge quatrième, le Collège impérial de Londres, huitième. De leur côté, les universités américaines décrochent 17 des 25 premiers rangs.

Financement de la recherche

Chercheur au Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) et ex-recteur de l'Université de Montréal, Robert Lacroix s'est beaucoup penché sur les palmarès d'universités.

Il se montre ravi de la performance des universités canadiennes, qui tirent très bien leur épingle du jeu en raison, dit-il, « de notre grand système de financement de la recherche, qui est essentiellement fédéral ».

L'ex-recteur aurait-il dit la même chose au moment où il était à l'Université de Montréal ? « Absolument. Du milieu des années 90 jusque vers 2005, des politiques extrêmement favorables à la recherche nous ont permis de faire des gains remarquables. Le danger, c'est qu'après cela, il y a eu stagnation. Or, si on ne veut pas reculer, il faut continuer d'investir [dans nos universités]. »

L'après-Brexit

Au Royaume-Uni, la réflexion est la même. Oui, le pays fait bonne figure dans ce palmarès, mais pour combien de temps encore ? Aussi ravie soit-elle par sa première position, la vice-chancelière de l'Université d'Oxford souligne qu'elle doit cet honneur en grande partie à l'Union européenne, qui finance beaucoup la recherche menée dans son établissement. Avec le Brexit, que va-t-il advenir de ces fonds ?

Pendant ce temps, la Chine, elle, investit à fond la caisse et voit ses universités occuper plusieurs des 200 premières positions. L'Université de Pékin est passée cette année de la 42e à la 29e position, Tsinghua, de la 47e à la 35position et deux autres universités chinoises ont fait leur apparition dans le top 100.

Si plusieurs palmarès du genre existent, celui-ci est particulièrement fiable, selon Robert Lacroix. 

« Cet outil a été beaucoup raffiné au fil des ans. Ses méthodes d'échantillonnage et sa méthodologie en général ont été grandement améliorées. », estime l'ex-recteur Robert Lacroix.

Ce qui rend ce palmarès unique, ajoute-t-il, c'est qu'en plus de critères précis, les responsables de palmarès prennent chaque fois le pouls de quelque 15 000 à 20 000 professeurs ou administrateurs universitaires qui sont appelés à se prononcer sur la qualité relative des établissements.

Certes, cela ajoute un peu à la subjectivité, dit M. Lacroix, qui croit cependant que la quantité appréciable de personnes interrogées minimise le risque que chacun prêche pour sa paroisse.

D'une année à l'autre, fait-il aussi remarquer, les 100 premières positions sont essentiellement occupées par les mêmes universités, qui s'échangent quelques rangs. Après le 100rang, les universités sont souvent si près les unes des autres, dit M. Lacroix, qu'une toute petite différence dans une des catégories jugées peut faire perdre ou gagner des dizaines de positions d'un coup.

***

Universités canadiennes les mieux classées

  • 22 Université de Toronto
  • 36 Université de la Colombie-Britannique
  • 42 Université McGill
  • 103 Université de Montréal
  • 107 Université de l'Alberta
  • 113 Université McMaster (Hamilton)
  • 173 Université de Waterloo
  • 195 Université de Calgary

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer