Le Conservatoire Lassalle ferme ses portes

Le conseil d'administration a tenté par divers moyens... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Le conseil d'administration a tenté par divers moyens d'éviter la fermeture du Conservatoire Lassalle, mais sans succès.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean Duceppe, Denise Pelletier, Janine Sutto et des dizaines d'autres personnalités de grand talent l'ont fréquenté au cours de ses 110 années d'activité. La renommée du Conservatoire Lassalle n'aura toutefois pas été suffisante pour le sauver: l'administration vient de mettre l'établissement d'enseignement collégial sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité.

«C'est une fermeture définitive, c'était la seule option possible», a laissé tomber Danièle Bourassa, présidente du conseil d'administration du Conservatoire Lassalle. La diminution du nombre d'inscriptions de 50 % en trois ans explique cette décision prise à contrecoeur.

«Il y a une baisse démographique assez importante dans la cohorte des élèves du collégial, donc c'est essentiellement l'une des raisons, mais aussi le fait que le programme qu'on donne est maintenant dispensé dans un grand nombre d'établissements», a noté Mme Bourassa.

Vigoureuses campagnes publicitaires, virage numérique dans ses techniques de recrutement, ajout de nouveaux programmes, démarches de partenariats... Le conseil d'administration a tenté par divers moyens d'éviter la fermeture de l'établissement de la rue Beaumont, à Montréal, mais sans succès. Lundi, l'établissement privé subventionné et sans but lucratif a été placé sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité.

Le sort des élèves

Pour la cohorte finissante, les élèves tourneront la page en même temps que l'établissement, d'où ils seront les derniers à repartir avec un diplôme en main. Ceux qui en étaient à mi-parcours ainsi que les élèves inscrits pour le trimestre d'automne 2016 pourront se tourner vers un autre établissement privé.

«On a écrit à l'ensemble des élèves pour leur expliquer l'ensemble des modalités. Le Collège André-Grasset est disposé à prendre des mesures pour accueillir les élèves concernés», a expliqué Mme Bourassa.

Un établissement reconnu

Depuis 110 ans, l'établissement s'était donné pour mission de promouvoir la langue française, notamment en enseignant l'art dramatique et l'élocution. Les élèves payaient plus de 1800 $ de droits de scolarité par trimestre. Depuis sa fondation en 1906 par Eugène Lassalle, le collège spécialisé dans l'enseignement des arts, de la communication et des médias a vu passer sur ses bancs Jean Duceppe, Denise Pelletier, Janine Sutto, Anne-Élisabeth Bossé, Gino Chouinard, Geneviève Borne, Lorraine Pintal et Mathieu Dion, pour ne nommer que ceux-là.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer