Gouvernance scolaire: la réforme pourrait être reportée

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx.... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La réforme de la gouvernance scolaire pourrait ne pas être mise en oeuvre à temps pour la rentrée de l'automne, contrairement à ce que prévoyait le gouvernement Couillard. Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, ne tient pas à tout prix à respecter cet échéancier.

« Je vais prendre le temps nécessaire pour lire l'ensemble des mémoires et trouver ce qui est pour moi les aménagements nécessaires qu'il faut faire », a-t-il déclaré, à la sortie d'une réunion du caucus libéral, mercredi, jour où les consultations en commission parlementaire sur le projet de loi 86 prennent fin.

Déposé au dernier jour de la session de l'Assemblée nationale en décembre, le projet de loi abroge la Loi sur les élections scolaires et vise à remplacer le conseil des commissaires par un conseil scolaire formé de parents, de représentants de la communauté, de membres du personnel et de la direction des écoles. À l'heure actuelle, le personnel des écoles n'est pas représenté, tandis que les parents ont moins de sièges et n'ont pas le droit de vote.

Les commissaires actuels perdraient leur poste dans les 15 jours suivant l'adoption de la loi. Les nouveaux conseils scolaires seraient en fonction pour la rentrée de 2016 selon le libellé du projet de loi. Et plusieurs dispositions entreraient en vigueur dès le 1er juillet. Le projet de loi doit donc en principe être adopté d'ici la pause estivale de l'Assemblée nationale, en juin.

Or, mercredi, le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, n'a pas garanti que cet échéancier sera respecté. Ce n'est pas sa priorité. « Il y aura un travail de réflexion à faire. On a entendu 60 groupes, 90 mémoires ont été déposés. Il va y avoir un certain délai pour moi pour réfléchir à tout ça », a-t-il affirmé à la sortie d'une réunion du caucus libéral.

La réforme sera-t-elle mise en oeuvre pour la rentrée scolaire comme prévu ? « Je n'ai pas mis de délai à mon agenda, a-t-il répondu. Je ne suis pas conditionné par le temps, je suis conditionné par la qualité du travail qu'on veut faire et par la réussite des élèves. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer