Rénovation d'écoles: la CSDM compte sur le programme d'infrastructures du fédéral

« Il y a plus de travaux à faire... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse)

Agrandir

« Il y a plus de travaux à faire dans les écoles de Montréal que partout ailleurs dans la province. Juste pour l'école Baril, dans Hochelaga, 16 millions ont été investis pour la reconstruction », souligne Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a urgence d'investir dans le béton à la Commission scolaire de Montréal (CSDM). Et cette urgence passe non seulement par le gouvernement du Québec, mais aussi par le fédéral, qui déposera son budget demain, estime Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM.

Est-ce que les réinvestissements en éducation du gouvernement provincial sont suffisants ?

« Je ne crois pas, a réitéré Mme Harel-Bourdon lors d'un entretien avec La Presse. Il y a plus de travaux à faire dans les écoles de Montréal que partout ailleurs dans la province. Juste pour l'école Baril, dans Hochelaga, 16 millions ont été investis pour la reconstruction. Si on fait le calcul, les 620 millions supplémentaires du gouvernement sur trois ans, ça représente une quinzaine d'écoles environ pour tout le Québec, tout au plus. »

Avec au moins quatre écoles à refaire de la cave au grenier et des dizaines de toitures, de systèmes de chauffage et de plomberie à changer, sans compter les gymnases et auditoriums en décrépitude, le dernier budget provincial permettra de couvrir à peine 2 % de la valeur du budget annuel d'entretien de la CSDM, qui s'élève à 80 millions.

La pente sera difficile à remonter avec un déficit cumulé, à ce jour, de 1,1 milliard. Sans compter que le nombre d'élèves augmente d'année en année sur le territoire montréalais. Le manque d'espace est criant, à un point tel que la CSDM prévoit annoncer, mercredi, qu'elle ne louera plus ses espaces d'ici un an à l'école privée Centennial Academy, qui se prévalait d'un bail emphytéotique depuis plus de 30 ans.

LES FONDS

L'une des solutions, selon Mme Harel-Bourdon, passe par le budget fédéral des infrastructures, plus particulièrement par les fonds. Il y en a quantité.

« Je pense, entre autres, au Fonds des communautés, mais aussi au Fonds vert. La plupart de nos systèmes de chauffage et électriques sont vétustes. Des investissements de la part du fédéral dans les écoles pourraient nous aider. On a des attentes envers le gouvernement fédéral, et on espère que Québec et Ottawa se parlent. »

En décembre dernier, le gouvernement du Québec évaluait la valeur de remplacement des écoles à Montréal à 2,8 milliards. Il y a les établissements de la CSDM, mais aussi les vieilles écoles de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys et celles des commissions scolaires anglophones.

« Le budget provincial marque un pas dans la bonne direction. Nous n'arrivions même pas à couvrir le coût de l'inflation l'an dernier. Mais le diable est dans les détails. Nous attendons de recevoir les règles budgétaires de la part du gouvernement. On espère ne pas avoir à couper de nouveau, avec l'an prochain qui marquera notre derrière année de retour à l'équilibre budgétaire. »

SITUATION EN JANVIER 2016

Les travaux de réhabilitation des bâtiments représentent : 

39 interventions en voie d'être terminées

38 en chantier

10 en appel d'offres pour attribution de contrat

120 en conception pour réalisation au cours des 12 prochains mois

Source : CSDM

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer